Line Renaud victime d’un AVC : “infantilisée” pendant sa rééducation

0
204

Par peur qu’on ne lui confie plus de rôles, Line Renaud avait caché son AVC. Dans les colonnes de Paris Match, daté du jeudi 24 septembre 2020, l’actrice révèle les vraies raisons de son hospitalisation. Un matin, la comédienne de 92 ans sort de son lit, glisse et se brise la cheville. Incapable de se relever, elle a en réalité fait un “tout petit AVC”. Éveillée, parlant “normalement”, elle n’a pas vraiment été effrayée par le terme médical.

À lire aussi

Line Renaud a notamment pu être rassurée par la présence de Brigitte Macron. “La neurologue m’a expliqué que le caillot s’est coincé quelques secondes seulement dans un vaisseau“, avait expliqué la première dame à son amie alitée. Si l’actrice de Bienvenue chez les Ch’tis a dû être plâtrée pour sa cheville, elle a également dû effectuer une longue rééducation pour son accident vasculaire cérébral. “Pour la main droite. Ça, c’était dur ! J’ai dû réapprendre les petits gestes simples. Épiler des boîtes minuscules, trier des perles. Ah, les perles ! Vous devez prendre une perle, en attraper une autre, puis une troisième“, raconte Line Renaud.

“C’est humiliant d’être infantilisée”

Alors qu’elle avait toute sa tête, la comédienne n’a parfois pas été traitée comme une adulte. “Ma première ergothérapeute me parlait comme à une enfant, ou plutôt comme à une débile mentale ! : “Oh ! C’est bien, madame Fleur [son faux nom à l’hôpital, NDLR], vous avez mis la perle sur la perle. Vous vous rendez compte du progrès ? Bravo ! Quel jour sommes-nous ?” Je n’en pouvais plus de l’entendre. C’est humiliant d’être infantilisée. Heureusement, de la fenêtre de ma chambre, j’avais le haut d’un frêne“, se souvient-elle.

Comme si l’ergothérapeute ne suffisait pas, les règles à l’hôpital Foch (Suresnes) étaient strictes. “Ils ont été vaches, ils m’ont confisqué mon téléphone, sauf une heure le soir ! Je me suis accrochée à un seul objectif : fêter mes 91 ans à la Jonchère, le 2 juillet 2019, avec mes intimes, en position debout !”, poursuit Line Renaud. Malheureusement, les radios n’étaient pas bonnes et la comédienne est autorisée à rentrer chez elle pour un après-midi seulement. “Je pouvais aussi boire une coupe de champagne. Mais j’étais en fauteuil roulant. Moi qui étais si fière de mon courage, pendant le trajet de retour à l’hôpital, pour la première fois, j’ai craqué, déplore-t-elle, toujours dans les colonnes de Paris Match.

Cet AVC lui aura fait prendre conscience qu’à son âge, elle devait lever le pied et se reposer. “Je prends du temps pour moi, je goûte chaque moment de la vraie vie (…) Sur le tard, j’acquiers une sagesse. Désormais, j’apprends à vivre”, conclut-elle.

Retrouvez l’interview de Line Renaud en intégralité dans le dernier numéro de Paris Match.