L’Iran promet de punir les “mercenaires” derrière la contestation

0
86

L’Iran punira sévèrement les “mercenaires” arrêtés en lien avec la vague de contestation et de violences ayant secoué le pays après une forte hausse de l’essence, a averti dimanche un chef des Gardiens de la Révolution.

La République islamique dit avoir ramené le calme après plusieurs jours de troubles ayant éclaté le 15 novembre, quelques heures après cette annonce surprise de la hausse du prix à la pompe.

Citant des responsables de la police, l’agence Fars, proche des ultraconservateurs, a affirmé dimanche que “180 meneurs des récentes émeutes ont été identifiés et arrêtés”.

“Notre réponse sera certainement proportionnelle à leur brutalité”, a déclaré le contre-amiral Ali Fadavi, commandant en chef adjoint des Gardiens de la Révolution, l’armée idéologique de la République islamique, lors d’une conférence de presse à Téhéran.

“Nous avons arrêté tous les larbins et les mercenaires et ils ont avoué clairement qu’ils avaient agi au service de l’Amérique, des Monafeghin et d’autres”, a ajouté l’officier général.

“Monafeghin” (“Hypocrites” en persan) est le terme par lequel les responsables de la République islamique qualifient habituellement les Moudjahidine du peuple iranien (MEK), groupe d’opposition en exil responsable de nombreux attentats en Iran au cours de la décennie 1980 et qualifié de secte “terroriste” par Téhéran.

“Nous les avons tous arrêtés, et si Dieu le veut, l’Autorité judiciaire les condamnera au maximum”, a encore déclaré l’amiral Fadavi, en marge d’une réunion du Bassidj, corps de volontaires islamistes pouvant agir comme supplétifs des forces de l’ordre.

Le nombre total des personnes arrêtées pour leur participation à la contestation reste difficile à déterminer. Mardi, le Haut Commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme avait parlé de “plus de 1.000” arrestations.

Revenant sur les troubles, aux cours desquels des stations-service, des commissariats, des mosquées et des bâtiments publics ont été incendiés ou attaqués, le général Salar Abnoosh, haut responsable du Bassidj, les avait qualifiés jeudi de “véritable guerre mondiale contre le système” politique de la République islamique.

Il avait accusé une “coalition du mal” composée de “sionistes, de l’Amérique et de l’Arabie saoudite” d’avoir été à l’origine de la “sédition”. Des responsables des Gardiens ont ajouté les “services de renseignement” britanniques et français à cette liste.

Les autorités iraniennes ont fait état de cinq décès dans ces troubles, mais Amnesty International estime que plus de 100 contestataires auraient été tués.

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.