L’ONU dénonce des “discours de haine toujours plus virulents”

0
95

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a dénoncé mardi des “discours de haine toujours plus virulents” amplifiés par l’ère numérique, en soulignant la nécessité pour tous de développer la lutte contre “un phénomène massif”.

“Dans le monde entier, nous assistons à une vague de fond de xénophobie, de racisme et d’intolérance, de misogynie violente, d’antisémitisme et de haine anti-musulmane”, a relevé Antonio Guterres lors d’une rencontre avec des médias.

“Alors que le discours de haine a toujours existé, la nouveauté vient des communications numériques et plus particulièrement des réseaux sociaux. Ils rendent le discours de haine plus virulent que jamais, l’amplifient et lui permettent de se répandre plus rapidement et plus loin”.

“Face à cela, nous devons tous – les Nations unies, les gouvernements, le secteur privé, académique, la société civile, la communauté internationale dans son ensemble – agir”, a poursuivi le secrétaire général.

Après avoir évoqué un fléau qui existe dans “les démocraties libérales comme dans les régimes autoritaires”, Antonio Guterres a refusé de donner des noms. “Mon objectif aujourd’hui n’est pas de désigner ou de dénoncer publiquement quiconque. Malheureusement, nous faisons face à quelque chose de très répandu et nous devons être conscients du fait que nous sommes confrontés à un phénomène massif et non pas à un ou deux individus”.

“Dans de nombreux conflits entre communautés, pour des raisons ethniques ou religieuses, les discours haineux jouent un rôle et bien sûr plus une société est connectée (à l’internet) et plus leur impact est important”, a relevé le patron de l’ONU.

En annonçant un plan de bataille devant se dérouler jusque dans les missions de paix sur le terrain, Antonio Guterres a indiqué avoir confié à son conseiller spécial sur la prévention des génocides, Adama Dieng, le soin de coordonner au sein de l’ONU la lutte contre les discours haineux.