Louane, orpheline à 19 ans : “Mes parents se sont tués à la tâche”

0
129

Dans une nouvelle interview au Figaro, Louane se confie sur ses parents. Un sujet délicat pour celle qui s’est retrouvée orpheline à 19 ans. L’année de sa participation à The Voice, qui l’a révélée au grand public, la jeune femme a perdu son papa et sa maman, tous deux emportés par la maladie. Préférant oublier les souvenirs douloureux, Louane a raconté comment elle a choisi de se souvenir de ses parents.

À lire aussi

Les soirs où son père cuisinait, “toutes mes copines voulaient rester”, a confié la jeune artiste au Figaro, le 9 octobre dernier. “Il cuisinait aussi bien de la carbonade flamande que des kluski, boulettes polonaises, et des rissois, croquettes portugaises”, se souvient Louane. Avec un père allemand et polonais, et une mère portugaise, le mélange des cultures est savant. Celle qui a pour second prénom Jadiwga, hommage à sa grand-mère polonaise, a été enfant de choeur, au même titre que ses cinq frères et soeurs.

Louane et le souvenir de ses parents

Petit à petit, ses parents s’embourgeoisent et Louane finit chez les enfants de choeur. Membres du Rotary Club, Jean-Pierre et Isabel Peichert sont à la tête d’une société de courtiers en assurances. “Mes parents se sont tués à la tâche“, reconnait-elle. Si bien que pendant son enfance, elle a été élevée en partie par une nourrice, Monique Lhomme. “Anne [vrai prénom de Louane, NDLR] a toujours eu une personnalité bien à elle. Ça n’a pas toujours été facile. Elle se réfugiait dans sa chambre pour écouter de la musique et ouvrait la fenêtre pour chanter pour la rue“, confiait-elle à la Voix du Nord en 2013.

Ce n’est pas la première fois que la populaire et naturelle Louane évoque le souvenir de ses parents disparus. Dans une interview à Sept à Huit (TF1), elle expliquait pourquoi elle parlait peu de leurs décès. “À moins que ça serve une cause, je trouve ça un peu pathos de parler de ça. Ce ne sera jamais ma signature, ce ne sera jamais une carte que j’utiliserai. Effectivement, j’en parle dans ma musique, j’en parle dans mes chansons, ça a forcément influé sur la façon dont je me suis construite. Après libre à moi de les expliquer ou pas“, avait-elle confié.