Louise Bourgoin a “chopé” son compagnon Tepr, elle raconte

0
60

Le 7 octobre 2020, Louise Bourgoin est de retour au cinéma dans le film L’Enfant rêvé, dans lequel elle donne la réplique à Jalil Lespert et Mélanie Doutey. L’occasion pour la comédienne d’accorder une nouvelle interview au magazine Marie Claire du mois de novembre. Un entretien durant lequel la star de 38 ans a non seulement évoqué la naissance de son deuxième enfant en début d’année, mais également son couple, avec Tepr, musicien et producteur de 40 ans.

À lire aussi

Avec honnêteté et dérision, Louise Bourgoin confie d’abord avoir eu “des hommes qui étaient très beaux“, au point que, mis bout à bout, “ça ferait un très joli calendrier Pirelli au masculin” : “Mais en même temps, j’ai été une fille un peu seule, en attente du grand amour“, explique-t-elle. Finalement, l’actrice a trouvé l’amour en boîte, après avoir “chopé” Tepr [Tanguy Destable de son vrai nom], qui est aujourd’hui le père de ses deux garçons, Étienne (4 ans) et Vadim (8 mois). “Je me suis imposé de ne plus aller en boîte après 30 ans. Au-delà, je trouve ça pathétique. J’y allais pour choper et une fois chopé le bon, je n’avais plus de raison d’y aller.

Comme pour beaucoup de Français, le confinement a poussé ce couple d’artistes à faire le point sur sa bonne entente au sein de son domicile parisien. Après avoir confié ses inquiétudes au micro d’Europe 1 en mars dernier, craignant de “fatiguer” son conjoint, Louise Bourgoin estime que son couple est finalement ressorti plus fort de cette période délicate : “Nous nous sommes rendu compte qu’il allait falloir lâcher du lest sur nos défauts respectifs si l’on voulait traverser le confinement sans encombre, car entre mes tournages et son boulot tout aussi prenant, nous ne sommes pas toujours ensemble.”

La comédienne ajoute alors : “Cette acceptation de nos défauts mutuels n’a finalement rien de provisoire, et réaliser cela a consolidé notre relation.” Aujourd’hui, la star dit concevoir l’amour “comme une sorte de trajet à long terme avec des chemins plus ou moins sinueux.”