Lucie Lucas violée : pourquoi elle tait le nom de ses agresseurs

0
83

Lucie Lucas vient de prendre la parole sur Instagram afin d’évoquer un sujet qui l’a directement affectée : les abus sexuels et viols dont elle a été victime durant sa jeunesse ou ses années de mannequinat. Après avoir relaté, le 23 novembre 2019, les horreurs qu’elle a subies, l’actrice de 33 ans a expliqué pourquoi elle a, longtemps après les faits, brisé le silence.

À lire aussi

La comédienne star de la série Clem a fait savoir qu’elle a choisi de partager “ces expériences de vie publiquement” pour que “les hommes et certaines femmes, les institutions, la société en général, prennent conscience que beaucoup de femmes subissent des violences de la part du sexe opposé et que ces violences ont tendance à se banaliser”.

Lucie Lucas évoque les témoignages qu’elle a reçus depuis qu’elle a pris la parole et constate malheureusement qu’elle n’est pas “un cas isolé“. Elle explique aussi qu’il y a deux ans, lorsque le mouvement #Metoo est né, elle ne se sentait pas prête à parler. C’est le témoignage d’Adèle Haenel qui l’a convaincue : “Je me suis dit que le moment était venu, qu’on ne pouvait pas la laisser seule.

J’accepte mes cicatrices

Si Lucie Lucas parle, elle ne souhaite pas “dénigrer le sexe masculin et “créer de fossés“. “Je veux seulement essayer de sensibiliser, d’expliquer pourquoi c’est si important pour nous que la société change rapidement et massivement“, poursuit-elle. Elle ne veut pas non plus “d’une chasse aux sorciers“. Voilà pourquoi elle ne révèle pas les noms de ceux dont elle a parlé il y a quelques jours et déclare : “Aujourd’hui j’accepte mes cicatrices et j’ai même de la chance car les hommes qui m’ont fait le plus de mal m’ont présenté des excuses qui m’ont permis de pardonner et d’aller de l’avant.” Ne croyant pas “aux monstres” mais “aux abîmés” et pensant que “beaucoup ne se rendent pas compte“, la comédienne déclare qu’en changeant les “schémas d’apprentissage, de positionnement les uns par rapport aux autres“, il y aura un mieux.

En commentaire de ce long texte, Lucie Lucas a écrit : “Je voulais vous dire combien je suis touchée du fond du coeur par tous vos messages de soutien. Je ne peux pas répondre mais je lis chacun de vos mots avec attention et j’envoie mon amour à toutes mes soeurs qui ont souffert aussi. Beaucoup d’hommes m’ont écrit également, merci à eux aussi ! C’est tellement émouvant de voir qu’il n’y a pas un sexe contre l’autre. Je suis solidaire de toutes les femmes abîmées, mais c’est bien à la gent masculine que s’adressait mon message en premier lieu. Je voudrais que les hommes comprennent pourquoi on les embête tellement avec notre féminisme en ce moment, pourquoi on ne veut plus “lâcher l’affaire”. Pourquoi on ne peut plus se taire tant que la situation ne s’est pas arrangée significativement.