Lucie Lucas violée, ses parents sous le choc : “Je n’avais prévenu personne”

0
46

Des attouchements par ses camarades de jeu entre l’âge de 6 et 8 ans, un professeur de théâtre abusif, un premier viol à l’adolescence et encore un plus tard par un “petit ami“… Des exemples, j’en ai encore“, confiait Lucie Lucas lors d’un témoignage-choc publié sur Instagram en novembre 2019. L’actrice principale de la série Clem (TF1) tentait, à travers ses propos, de sensibiliser sa communauté sur les agressions sexuelles, encore trop nombreuses. Mais, la jeune femme de 33 ans n’avait pas pensé à la réaction de ses proches, qui ne s’attendaient pas du tout à ce cri du coeur.

À lire aussi

Ce qui a été difficile avec mon témoignage sur Instagram, c’est justement vis-à-vis de mon entourage, notamment de mes parents, car ne j’avais prévenu personne quand j’ai décidé de publier ça, explique-t-elle pour TV Grandes Chaînes. Ils se le sont pris dans la figure comme tout le monde, et, surtout, ce qui a été dur pour eux, c’est qu’ils ont vraiment essayé de me protéger. Depuis toute petite, ils m’ont toujours parlé, ils m’ont toujours dit de me méfier et ont essayé d’être très attentifs. Ça a été très dur pour eux de voir que, malgré tout, j’avais pu vivre tout ça.”

Reste que cette prise de parole fut salvatrice pour Lucie Lucas. Lors de son interview, elle assure même avoir réussi à pardonner à ses agresseurs, dont elle a toujours tu les noms. Il faut réussir à se reconstruire au fur et à mesure, mais ce n’est pas facile. Le côté positif dans cette situation, c’est le fait de ne pas se laisser anéantir, d’avancer et de se pardonner soi-même, car on a une culpabilité énorme, même si on n’est pas coupable. C’est important aussi de pardonner à ceux qui nous ont fait du mal, car vivre dans la rancoeur ne rend pas heureux. C’est tout un chemin à faire, et parfois, j’ai des ‘piqûres de rappel’ où c’est difficile. Mais la plupart du temps, je vis comme on vit avec des cicatrices.

Aujourd’hui, elle-même maman de trois enfants, Lilou (née en août 2010), Moïra (née en janvier 2012) et Milo (né en mars 2018), tous nés de ses amours avec son mari Adrien, leur souhaite désormais une vie plus douce, loin de tout traumatisme.