M. Pokora revient en France avec Christina Milian et les enfants : “On débarque pour 6 mois”

0
9

Un équilibre parfait entre Los Angeles et Paris

C’est pourquoi M. Pokora va passer plusieurs mois en France avec sa famille et cette fois-ci, c’est Christina Milian “qui met sa carrière entre parenthèses“, comme son mari l’avait fait l’année dernière lorsqu’elle tournait une nouveau film pour Netflix à La Réunion. “On a équilibre parfait en vivant entre deux pays, on se suit, on se soutient, ça nous évite cette routine qui m’angoisse au plus haut point dans une vie de famille ou de couple“, confie M. Pokora au Parisien. Ce long séjour en France permettra ainsi à sa famille de profiter de ses deux garçons et de découvrir les évolutions constantes d’Isaiah, qui grandit à vue d’oeil : “Je suis ravi qu’Isaiah, au moment de dire ses premiers mots, soit entouré de Français. C’est important pour moi que mes enfants se sentent aussi bien français qu’américains.

Après avoir touché avec sa sensibilité et sa justesse aux côtés de Muriel Robin dans le téléfilm Le premier oublié, qui avait été diffusé sur TF1, M. Pokora s’essaie cette fois-ci à la comédie. Pour Philippe Lellouche, il ne fait aucun doute que le beau gosse originaire de Strasbourg va exceller aussi dans ce registre. “Il aime rire et a une vraie générosité, une empathie qui n’est pas feinte, c’est essentiel pour faire rire“, commente-t-il. M. Pokora sait pourtant que le défi est de taille en se lançant dans ce nouvel univers : “C’est plus difficile que le dramatique. J’ai beaucoup de propositions de comédies, mais c’est quelque chose qui me fait peur… Il y a tellement de paramètres, le rythme, le timing, plein de choses que j’ai hâte d’apprendre avec Philippe.” M. Pokora sait qu’il pourra aussi compter sur le soutien de celle qui est devenue sa femme à la fin de l’année dernière, après un mariage en petit comité à Paris. Christina Milian est une experte de la comédie !

Retrouver l’intégralité de l’interview de M. Pokora et Philippe Lellouche dans l’édition du 3 juin 2021 du Parisien.