Macron appelle à “protéger” une République “fragile”

0
38

La République est “toujours à protéger” car elle est “fragile et “précaire”, a averti vendredi Emmanuel Macron, en prononçant un éloge de ce régime politique qui ne doit, parce qu’il est “indivisible”, admettre “aucune aventure séparatiste”.

Dans un discours au Panthéon à l’occasion des 150 ans de la proclamation de la République, le chef de l’Etat a défendu la notion de “patriotisme républicain” qu’il a développée ces derniers mois.

Cette allocution, prononcée d’un ton grave, est le prélude à une série d’initiatives dans les domaines régaliens, en particulier sur la sécurité, le séparatisme et l’égalité des chances. Elles seront notamment au menu du séminaire gouvernemental de rentrée, mercredi 9 septembre.

Dans le cadre très solennel du Panthéon, où reposent les héros français, Emmanuel Macron a symboliquement remis leur décret de naturalisations à cinq nouveaux citoyens – Matthew, Noura, Patricia, Catherine et Rana – originaires du Cameroun, du Pérou ou encore du Liban et résidents en France parfois depuis très longtemps.

“Devenir Français, c’est avoir ancré en soi-même la conscience que, parce que la République est toujours fragile, toujours précaire, elle doit être une conquête de chaque jour”, leur a-t-il dit.

“Quand on a chanté la Marseillaise, quand il m’a remis mon décret, j’étais émue”, a témoigné Catherine, quadragénaire née au Cameroun. “Je suis arrivée en 2000, ça fait 20 ans que je contribue, que je travaille”.

Pour Emmanuel Macron, “être Français” c’est aussi “être du côté des combattants de la liberté. Et plus encore quand les renoncements prospèrent, quand la censure progresse”.

Au moment où se tient le procès des attentats de janvier 2015, dont celui de Charlie Hebdo, il a insisté sur le fait que la laïcité, “qui garantit la liberté de croire ou de ne pas croire”, n’était “pas séparable d’une liberté d’expression allant jusqu’au droit au blasphème”.

“Il n’y aura jamais de place en France pour ceux qui, souvent au nom d’un Dieu, parfois avec l’aide de puissances étrangères, entendent imposer la loi d’un groupe”, a-t-il prévenu. En précisant qu'”un projet de loi de lutte contre les séparatismes sera présenté dès cet automne”.

Emmanuel Macron remet ainsi en chantier un dossier lancé en février, interrompu par la crise sanitaire. Il avait alors annoncé, dans un quartier populaire de Mulhouse, un plan contre le “séparatisme islamiste” comprenant la fin des imams étrangers détachés et un contrôle du financement des mosquées.

– “Repentance” –

En présence du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin et de la ministre déléguée à la Citoyenneté Marlène Schiappa, le chef de l’Etat a par ailleurs promis d’aller “plus loin, plus fort, dans les semaines qui viennent” pour promouvoir “l’égalité des chances”, qui est “une priorité du quinquennat”.

“Chaque citoyen, quel que soit le lieu où il vit, le milieu d’où il vient, doit pouvoir construire sa vie par son travail, par son mérite. Nous sommes encore loin, trop loin de cet idéal”, a-t-il regretté.

Alors que l’actualité récente a été rythmée par une série d’agressions violentes contre des forces de l’ordre ou des élus, Emmanuel Macron a assuré que leurs agresseurs, ainsi que ceux de magistrats, “ne passeront pas” et devaient “être lourdement condamnés”.

Voyant l’insécurité comme le talon d’Achille de la majorité, le Rassemblement national et la droite multiplient les attaques à moins de deux ans de la présidentielle.

Valérie Boyer, des Républicains, a regretté qu’Emmanuel Macron soit “dans la repentance perpétuelle” alors que “l’identité française ne doit pas nous faire honte mais nous rendre fiers”.

“Il paraît que les islamistes sont en panique depuis ce matin : Emmanuel Macron compte leur faire signer une CHARTE. Cette déconnexion devient effrayante”, a réagi Jordan Bardella (RN) sur Twitter après le discours.

A gauche, Jean-Luc Mélenchon (LFI), a annoncé qu’il répondrait au président solennellement “le 21 septembre, vrai anniversaire de la fondation de la République en France”, en faisant allusion au 21 septembre 1792, date de la première République. “Non, monsieur le président, la République française n’est pas ce que vous en dites”, a-t-il ajouté.

ggy-leb-jri-grd/cs/shu

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.