Magloire, en larmes, parle de son obésité morbide : “Je ne pouvais plus marcher”

0
82

La vie de Magloire a basculé en 2016 après la mort de sa maman Raphaëlle, atteinte de la maladie d’Alzheimer. L’ancien chroniqueur du Morning Live (M6) s’est réfugié dans la nourriture et a donc pris beaucoup de poids. Il a même fait un malaise cardiaque en octobre 2017. Une période douloureuse sur laquelle il se confie sans tabou. Invité dans L’Instant de Luxe le 4 juin 2020, sur Non Stop People, l’homme de 50 ans a évoqué, non sans émotion, la période où il était en obésité morbide.

À lire aussi

Précautionneux, le présentateur Jordan de Luxe a parlé “d’embonpoint” à propos du poids de Magloire. Mais son invité lui a immédiatement expliqué qu’il fallait employer les bons mots. “Je ne dis pas que j’ai de l’embonpoint. Moi j’ai touché l’obésité morbide, je m’en suis un tout petit peu sorti, mais je fais partie de l’obésité. Il faut mettre les mots sur les choses“, a-t-il lancé. Celui qui incarne le rôle du génie Magik dans Fort Boyard a ensuite précisé qu’il y a trois ou quatre ans, il “ne pouvait plus marcher“.

Mais grâce à “l’amour, l’amitié et le travail“, Magloire a réussi à se reprendre en main et ,depuis plusieurs mois, il ne cesse de perdre des kilos. “Mes amis proches me disaient qu’ils allaient me perdre“, a-t-il précisé. Michael Youn notamment a été d’un grand soutien. “Mes neveux aussi m’ont dit : ‘On va te perdre’“, a ajouté Magloire, en larmes. Fort heureusement, ces soucis sont désormais derrière lui. Il continue tout de même à lutter contre la grossophobie, une cause qui lui tient à coeur, lui-même ayant été victime.

En décembre dernier, Malgoire s’était déjà exprimé sur le sujet auprès de France dimanche. “En quatre mois, j’ai perdu 37 kilos ! C’était une question de bien-être, tant physique que moral. La charge que j’avais accumulée m’empêchait de vivre et de travailler comme je l’ai toujours fait. Après cette période difficile due à la disparition de ma mère, je retrouve un peu mes esprits“, déclarait-il notamment.