Connectex avec nous

Manifestations anti-G20: la police veut des renforts

Pure Info

Manifestations anti-G20: la police veut des renforts

La police de Hambourg en Allemagne a demandé vendredi des renforts pour faire face aux nombreuses manifestations anti-G20 dans la ville, qui ont empêché l’épouse du président américain de sortir de sa demeure.

« La demande [de renfort] est en cours », il s’agit de « soulager les forces déjà engagées », a-t-il déclaré.

Des unités de police anti-émeutes à Berlin et dans la région du Schleswig-Holstein, voisine de Hambourg, dans le nord du pays, ont dans la foulée indiqué préparer l’envoi de plusieurs centaines de personnes.

Les forces de l’ordre ont déjà mobilisé plus de 20 000 personnes pour assurer la sécurité à Hambourg à l’occasion du sommet des dirigeants des vingt principales économies de la planète.

Mais la multitude des manifestations depuis plusieurs jours et des affrontements qui ont éclaté jeudi soir et se poursuivaient vendredi, jour de l’ouverture du sommet, met les effectifs à rude épreuve.

L’épouse du président américain, Melania Trump, est restée ainsi bloquée dans sa résidence à Hambourg vendredi en raison des nombreuses manifestations anti-G20 dans la ville, a indiqué sa porte-parole.

« Nous n’avons jusqu’ici pas obtenu d’autorisation de sortie de la part de la police pour quitter la demeure », a indiqué cette porte-parole à l’agence de presse allemande DPA.

Une source proche de la délégation de Donald Trump au G20 a confirmé cette information à l’AFP.

Donald Trump et son épouse résident dans la maison d’hôte du gouvernement de la ville-État de Hambourg, une magnifique villa au bord de l’eau.

En raison des incidents et des rassemblements, le programme des épouses des dirigeants du G20, auquel participe Melania Trump, a dû être modifié.

Mme Trump n’a pu participer à une croisière en bateau dans cette cité portuaire et une visite d’un centre sur le climat prévue en milieu de journée a été annulée et remplacée par un débat dans un hôtel de Hambourg, selon une source proche de l’organisation.

Dès vendredi matin, plusieurs milliers de manifestants se sont rassemblés autour des carrefours routiers stratégiques de la ville de 1,7 million d’habitants dans le but de bloquer l’arrivée des délégations officielles au sommet.

Les affrontements entre les manifestants anti-G20 et les forces de l’ordre se déroulent pratiquement sans discontinuer depuis jeudi soir dans la ville.

La police a indiqué que 159 de ses agents avaient été jusqu’ici légèrement blessés lors de ces incidents.

Jeudi soir, des affrontements avaient déjà opposé des manifestants à la police, faisant 111 blessés légers parmi les forces de l’ordre. Vingt-neuf personnes ont été interpellées et 15 placées en garde à vue.

Selon les autorités, jusqu’à 100 000 manifestants devraient battre le pavé sur plusieurs jours, en marge du sommet du G20, le premier de Donald Trump, où les dirigeants se disputent sur le climat et le commerce.

Le syndicat de la police GdP a condamné « les attaques massives de groupes d’extrémistes violents », estimant que « les auto-proclamés “Black Blocks” » avaient « détourné les manifestations pacifiques de dizaines de milliers de personnes pour s’en prendre délibérément » aux policiers.

Et ils ne sont pas au bout de leur peine : la plus grande manifestation en nombre est attendue samedi. Jusqu’au bout le sommet risque de donner l’image d’une forteresse assiégée.

AFP

Cliquer pour réagir

Liasser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Plus dans Pure Info

Haut