Marathon de Paris: une empreinte carbone neutre, via un programme au Kenya

0
263

Pour son édition 2019, le marathon de Paris affirme être “neutre en émissions carbone”, grâce à une compensation de l’empreinte carbone par un programme de lutte contre la déforestation et les émissions de CO2 dans une région du Kenya.

Avec 60.000 inscrits au compteur cette année, le marathon de Paris, sponsorisé par Schneider Electric, est le deuxième plus important au monde, derrière New York.

Le cabinet Carbone 4, qui avait notamment réalisé une étude carbone concernant le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (ouest) en décembre 2017, a évalué l’empreinte carbone du marathon de Paris à 25.000 tonnes de CO2 en 2018 (en incluant les transports, notamment aériens).

A titre de comparaison, le bilan carbone de l’organisation de la COP 21 en 2016 à Paris, avait été évalué à 43.000 tonnes (en comptant les transports aériens des délégations et la vie courante des 15.000 visiteurs quotidiens et des 37.000 accrédités permanents au sommet) mais l’évènement avait duré 15 jours.

Sur le marathon, l’essentiel du CO2 généré provient du déplacement des participants, en avion ou en voiture, vers Paris (94%), le reste (6%) venant de la logistique.

Comment l’événement peut-il alors être “compensé à 100%” en carbone ? Schneider Electric indique avoir investi en 2011 dans le fonds Livelihoods, qui a développé le programme Hifadhi dans la région rurale d’Embu, au pied du Mont Kenya.

Les populations bénéficient grâce à ce projet de fours à cuisson en terre cuite bien plus performants que leurs anciens, ce qui permet ainsi de réduire drastiquement la consommation en bois.

“Actuellement, il y a 50% des cuisines qui sont équipées, l’objectif à terme est d’arriver à 80%”, souligne Bernard Giraud, président de Livelihoods. “C’est aussi un gain de temps. Avant, cuisiner nous prenait 3 heures, maintenant ce n’est plus qu’une heure”, souligne Doris Igandu, habitante du village de Muchagori, qui bénéficie du projet.

Les 12 entreprises qui ont investi dans Livelihoods récupèrent en retour des crédits carbone, pour les tonnes de CO2 émis qui ont été économisées via le projet.

C’est ainsi que les 25.000 tonnes de CO2 du marathon de Paris sont compensées par les 25.000 crédits carbone de Schneider Electric liés à ce projet.

Un principe de compensation qui fait toutefois tiquer certaines associations. “Alors que les alertes climatiques se multiplient, prendre l’avion pour courir un marathon ce n’est peut-être pas la priorité”, souligne Sylvain Angerand, président de l’association Canopée, membre de la Fédération des Amis de la Terre.

“Si la première démarche n’est pas de réduire les émissions de gaz à effet de serre sur tout ce qui est superflu, ça n’a pas de sens. Il faut que la compensation s’applique à tout ce qui est incompressible”, estime de son côté Maël Besson, du WWF France.

Selon Carbone 4, l’empreinte carbone du marathon de Paris 2018 a été réduite de 1.500 tonnes de CO2 par rapport à 2017 (26.500).