Connectex avec nous

Maria a fait vivre aux habitants de Porto Rico “la pire nuit” de leur vie

Pure Info

Maria a fait vivre aux habitants de Porto Rico “la pire nuit” de leur vie

La nuit passée à attendre, terrée, que l’ouragan Maria frappe Porto Rico a été “la pire nuit de [sa] vie”, confie Iris Rivera, “mais nous les Portoricains avons une grande force intérieure”, ajoute-t-elle, sans se décourager face à l’ampleur des dégâts qui s’étale devant elle.

“Tout le monde aide à nettoyer, à faire la circulation, soutien son voisin”, assure cette femme de 53 ans croisée dans le quartier touristique d’Ocean Park, à San Juan, la capitale de l’île où l’électricité ne fonctionne plus du tout.

La zone est totalement inondée et les habitants, à bord de bateaux ou même de kayaks, sillonnent les rues pour s’assurer que leurs voisins ou proches sont en sécurité.

Alors que les secouristes se concentrent sur les zones les plus touchées par l’ouragan, Juani Martinez passe le balai dans une des rues du quartier où l’eau a fini par se retirer, histoire de se rendre utile. “De nombreuses bouteilles se sont cassées et c’est dangereux pour les gens qui passent par ici. Je voulais aider”, dit cette femme d’une cinquantaine d’années.

Les rares rues ouvertes à la circulation sont jonchées de débris divers ou même d’arbres déracinés, que la population s’emploie à dégager.

Ricardo Rossello, le gouverneur de ce petit territoire américain de 3,5 millions d’habitants réputé pour ses plages de sable fin et ses eaux turquoises, a toutefois demandé aux habitants de rester chez eux et de laisser les équipes de secours faire leur travail.

“Dans l’immédiat, les gens n’ont rien à faire en dehors de leur maison ou des abris. Quasiment toutes les routes sont coupées”, assure-t-il, mettant en garde la population contre l’arrivée de nouvelles pluies diluviennes. “Le pire” est devant nous”, prédit-il.

Depuis la nuit dernière, la garde nationale a secouru des dizaines de personnes à Toa Baja, dans la périphérie de la capitale, après que la zone a été inondée en raison du débordement d’un lac.

“Tout est encore inondé. On doit attendre que l’eau baisse pour revenir. Mais nous remercions le Seigneur d’être toujours en vie”, témoigne dans le journal local El Vocero Iris Colon, 65 ans, une habitante de la petite ville secourue pendant la nuit par la garde nationale.

Jeudi après-midi, l’eau a reflué, mais les rues sont remplies de boue et là aussi les habitants s?emploient du mieux qu’ils peuvent à nettoyer.

Les réseaux sociaux et les radios locales diffusent quant à elles de nombreux messages et appels désespérés d’habitants à la recherche de proches pour lesquels ils sont sans nouvelles depuis mercredi matin lorsque Maria a commencé à frapper l’île avec des vents soufflant à 250 km/h.

L’ouragan a fait au moins 18 morts dans les Caraïbes, dont un à Porto Rico, déjà touché il y a deux semaines par la tempête Irma.

AFP

Plus dans Pure Info

Haut