Marie Garet battue ? Elle est toujours amoureuse de Dorian : “J’y crois encore”

0
70

C’est une grand romantique… quitte à, parfois, s’attacher à un mirage. En couple avec Dorian depuis neuf mois environ, Marie Garet a semé la panique en annonçant sa propre mort sur les réseaux sociaux dans la nuit du 6 au 7 septembre 2020. Et effectivement, elle ne sera peut-être plus jamais la même. Au coeur d’une relation aux allures dangereuses, la jeune femme de 35 ans semble prête à tout accepter. Même le pire. “Je ne suis pas avec lui parce que je me sens seule, a-t-elle précisé, interviewée par StarMag. C’est une relation compliquée. Des hauts, des bas comme dans tous les couples. Personnellement de mon côté, l’amour est là. Malgré tout ce qui peut se passer entre nous, l’amour est là. J’y crois encore. Après on verra.”

À lire aussi

À plusieurs reprises, Marie Garet a évoqué la mort, le fait qu’elle n’avait pas peur de disparaître et qu’elle pensait, parfois, à rejoindre son père décédé. Difficile de dire ce qu’il se passe dans son intimité, auprès de Dorian, pour entretenir une telle fatalité. Mais c’est une scène d’une violence remarquable qui a eu lieu en public et qui a fini par mettre le feu aux poudres. Après s’être disputée avec Dorian en soirée, Marie Garet a refusé de rentrer à leur domicile – ils auraient emménagé ensemble dans un village proche d’Alès. Quand son compagnon l’a attrapée par le bras pour la forcer à le suivre, des jeunes filles ont réagi et ont appelé la police.

C’est peut-être moi le problème

J’ai peut-être un problème. Je suis toujours dans la reproduction de schéma, regrette-t-elle. Donc finalement, ce ne sont pas les autres qui ont un problème, c’est peut-être moi.” En 2014, quand elle sortait son autobiographie Mes larmes, etc…: Dans les griffes d’un manipulateur chez Paper Editions, Marie Garet dépeignait déjà un parcours très compliqué avec les hommes. Refusant d’être comparée à Loana – actuellement dans une situation similaire – ou Marie Trintignant, elle garde à l’esprit certaines barrières : celles qui l’empêcheraient de vivre, à nouveau, de telles horreurs quand elle sera maman. “Ma limite ce serait qu’il y ait des violences devant mes enfants et sur mes enfants, conclut-elle. C’est quelque chose qui me ferait réagir. Je ne veux pas que mes enfants voient la violence et puissent avoir dans leur tête l’image que l’amour va forcément avec la violence. Je ne le supporterais pas.” Tout ce qu’il nous reste à lui souhaiter, c’est donc de rencontrer un prince charmant qui lui offrira, enfin, ce qu’elle désire.