Marina Foïs : Tous ses amis d’adolescence sont mort “à cause de la maladie”

0
109

Bête de scène, crève-écran, icône de mode… Marina Foïs a bien des cordes à son arc – ce qui tombe plutôt bien pour une ancienne membre des Robins des bois. Et son éducation, elle l’a faite en autodidacte, très tôt entourée de grands esprits. À l’âge de 16 ans, tout juste adolescente, elle est partie s’installer dans une maison communautaire située dans la ville de Toulouse. Un lieu “où se retrouvaient aussi bien les pédés que les junkies“, se souvient-elle dans les colonnes de Vanity Fair.

À lire aussi

Malheureusement, de cette époque effervescente, il ne lui reste personne. La “maladie de sa génération” a fait des ravages. “Un de mes meilleurs amis est mort du sida, explique la comédienne de 50 ans. Quelqu’un que j’avais rencontré à 16 ans, pour vivre l’expérience du théâtre.” Quant à la demeure qu’elle a occupée au coeur de la ville rose, “personne, ou presque n’en est sorti vivant, à cause de la maladie“. Quand elle a quitté sa troupe télévisée pour se mettre au théâtre, l’actrice s’est d’ailleurs lancée dans la lecture de textes de Copi, romancier et dramaturge gay qui a lui aussi succombé à ce mal terrible. Une sorte d’hommage, de regard en arrière…

L’éducation, c’est à son tour de la donner. Maman de deux garçons – dont l’un a fait sa première apparition publique au mois de février 2020 –, Marina Foïs s’inquiète du monde qu’elle va laisser derrière elle. Ce qui est sûr, c’est que des rires et des larmes la suivront toute sa vie. Le 2 septembre, elle sera à l’affiche du film Énorme de Sophie Letourneur, avec Jonathan Cohen, dans lequel elle s’amusera des galères de sa grossesse imprévue et non désirée. Elle a également rejoint le cast du film Assoiffés, de Jérémie Elkaïm, ainsi que celui de La Fracture, de Catherine Corsini, tous deux devant paraître prochainement dans les salles obscures. La fin de l’année ne se fera donc pas sans elle… pour notre plus grand plaisir.

Retrouvez l’interview intégrale de Marina Foïs dans le magazine Vanity Fair du mois de septembre 2020.