Marine Lorphelin accusée de “laisser les gens crever” : sa réponse parfaite

0
68

Interne en médecine, Marine Lorphelin est mobilisée pour lutter contre le coronavirus. Comme tout le personnel soignant, elle ne compte pas ses heures, n’écoute pas sa fatigue et se donne à fond. Il y a peu, elle a tenu à s’exprimer sur le traitement à base de chloroquine, ce qui lui a valu d’être sérieusement recadrée par un internaute. Elle lui a parfaitement répondu.

À lire aussi

La belle Miss France 2013 qui a une tête bien faite a posté un message en story Instagram, le mardi 24 mars : “Juste pour dire que la fameuse étude sur l’hydroxychloroquine a un très faible niveau de preuve, de nombreux biais… On ne doit pas se baser sur des ‘pressentiments’, éléments subjectifs, et les politiques ne devraient pas rentrer dans le débat thérapeutique !” Un appel à ne pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué, qui lui a valu un message très tranchant d’un de ses abonnés : “Tu as raison Marine… Dans le doute, vaut mieux laisser les gens crever.

Celle qui se bat pour sauver des vies au quotidien ne pouvait pas – et à juste titre – laisser passer cela. Elle a donc tenu à répondre avec fermeté et intelligence : “Vos propos sont complètement disproportionnés. Ce n’est aucunement ce que j’ai dit. Nous traitons aussi quelques patients avec ce fameux ‘traitement’, mais il faut être mesuré et conscient que l’étude ne suffit pas du tout à affirmer son efficacité et, surtout, c’est inadmissible que les gens se permettent de donner leur avis sur la question, politiques et autres personnalités. Il faut laisser les médecins spécialistes, les infectiologues juger à quel patient il est intéressant de donner ce traitement.

La sublime fiancée de Zack Dugong partage régulièrement ses impressions sur le terrain. Il y a peu, elle évoquait la surcharge des services hospitaliers et appelait les internautes à ne pas voler de masques dans les services hospitaliers. Plus récemment, elle a poussé un gros coup de gueule à propos des gens dans la rue qui portent des masques FFP2 alors que le personnel hospitalier en manque cruellement.