Marine Lorphelin en pleine crise du coronavirus : “Ça y est, c’est la guerre”

0
118

Alors que le dernier bilan fait état de de 2 876 personnes infectées par le Covid-19 et 61 personnes décédées, Marine Lorphelin, Miss France 2013 et première dauphine à Miss Monde 2013, vit cette crise sanitaire de près. Interne en médecine (elle se destine à la médecine générale), la sublime fiancée de Zack Dugong, a posté des sorties qui en disent long sur la situation actuelle dans les hôpitaux.

À lire aussi

Vendredi 13 mars 2020, la jeune femme de 26 ans a posté un selfie d’elle le visage couvert d’un masque chirurgical et écrit : “Ça y est, c’est la guerre dans le service : la moitié est réservée pour les patients COVID-19. Les premiers arrivent cet après-midi“.

On peut supposer que Marine Lorphelin, vivant à Paris, exerce en Île-de-France. Une région particulièrement touchée par le coronavirus (plus de 600 cas). Dans un autre post, elle poursuit : “Soutien à tous les soignants et à tous les malades. Mon collègue interne de réanimation qui pointe déjà la surcharge des services.” Et comme le confirme la suite de son message, ses collègues sont déjà dépassés. Un de ses collaborateurs a déclaré : “Ça va être la cata, on vide tous nos lits. On est censé avoir 25 lits de réa, on passe à cent… ça va être Bagdad.

Ces messages ont visible inquiété certains de ses followers puisque la belle interne a ensuite écrit : “Mon message précédent n’est pas là pour vous faire paniquer, d’ailleurs pas de raison de paniquer si chacun prend ses responsabilités et respecte les consignes de sécurité. Je partage simplement la réalité de l’organisation (très compliquée) des hôpitaux. J’insiste encore une fois sur le fait de ne pas voler de masques dans les services hospitaliers. Nous avons vraiment besoin des masques pour protéger les patients hospitalisés donc souvent fragiles.”

Après avoir rappelé les consignes d’hygiène, Marine Lorphelin a rappelé qu’il n’est pas recommandé de se rendre aux urgences directement si l’on présente des symptômes grippaux.