Marion Cotillard, maman avant tout : ce qui la “terrifie” pour ses enfants Marcel et Louise

0
10

Alors qu’elle était enceinte de sa fille Louise (4 ans), Marion Cotillard a dû renoncer au tournage d’Annette, le nouveau film de Leos Carax. Mais comme elle le dit elle-même, dans une interview accordée au magazine Marie Claire de juillet 2021, “la vie a bien fait les choses” puisque le projet a finalement été monté plus tard et l’actrice a pu y prendre part avec joie. Un nouveau rôle pour lequel elle fera son grand retour au Festival de Cannes, puisque le film sera projeté lors de la cérémonie d’ouverture le 6 juillet prochain.

Lors de son entretien pour Marie Claire, la compagne de Guillaume Canet a non seulement évoqué la (non) jalousie dans son couple, mais aussi le délicat équilibre entre sa vie d’actrice superstar et sa vie de maman avec Marcel (10 ans) et Louise. Marion Cotillard n’a pas ralenti le rythme au moment de donner naissance à son fils, en tournant “quatre ou cinq films en le nourrissant“, alors que sa carrière “était à un tournant“, suite à son Oscar pour La Môme. “C’était fou quand j’y repense. Ça a créé de la douleur chez moi, une sorte de séparation interne que je n’ai pas eu envie de revivre“, a-t-elle confié à nos confrères.

Pour l’arrivée de sa fille Louise en 2017, l’égérie Chanel a donc géré les choses différemment, en refusant notamment le rôle que lui offrait Leos Carax pour Annette. “Ses dates de tournage coïncidaient avec les premiers mois de ma fille, j’ai tout de suite dit non, Marion Cotillard s’est-elle souvenue. La vie a bien fait les choses : deux ans plus tard, il n’avait pas encore tourné son film, et j’ai pu revenir dans le projet. Aujourd’hui, j’enchaîne beaucoup moins les tournages.”

La pause imposée par la pandémie et les confinements, Marion Cotillard l’a vécue “comme un soulagement de voir le monde entier s’arrêter en même temps“. Après avoir profité de ces longs mois d’introspection, cette écolo engagée, qui vit désormais loin de Paris, attend avec impatience de pouvoir toucher à nouveau ses proches, mais surtout, de se débarrasser des masques ! “Ma fille vient de commencer l’école, en première année de maternelle elle ne voit que des gens masqués. Cela me terrifie.” Encore quelques mois de patience, avant que la fillette ne puisse enfin découvrir le visage de sa maîtresse…