Masters 1000 de Paris: Djokovic a faim

0
92

Très affaibli physiquement il y a deux jours, c’est un Novak Djokovic mort… de faim qui est apparu vendredi au Masters 1000 de Paris et n’a laissé aucune chance en quarts de finale à Stefanos Tsitsipas croqué en moins d’une heure.

Son rival pour la place de N.1 mondial en fin d’année Rafael Nadal devait conclure la soirée face à l’un des deux héros locaux, Jo-Wilfried Tsonga (35e), le second, Gaël Monfils, étant opposé juste avant à Denis Shapovalov avec, en jeu pour lui, une place au Masters de Londres (10-17 novembre).

Au placard la doudoune arborée en conférence de presse mercredi, oubliées les faiblesses physiques, le N.1 mondial n’a fait qu’une bouchée de Stefanos Tsitsipas (7e) 6-1, 6-2 et affrontera samedi pour une place en finale Grigor Dimitrov (27e) qui a écarté Cristian Garin (42e) plus tôt dans la journée.

“J’ai joué l’un de mes meilleurs matches de la saison (…) J’ai bien servi, j’ai très bien lu son service aussi, je l’ai mis sous pression constamment. C’était vraiment un bon match”, s’est félicité le Serbe d’une voix encore éraillée.

“Je vais de mieux en mieux, petit à petit”, a-t-il confirmé.

Quadruple vainqueur à Paris (2009, 2013, 2014, 2015), il avait comme une revanche à prendre face à Tsitsipas qui était le dernier joueur à l’avoir battu, déjà en quarts de Masters 1000, à Shanghai le 11 octobre.

Le Grec de 21 ans, qui jouait son premier quart à Bercy, menait même 2 victoires à 1 dans leurs tête-à-tête. Les voilà désormais à égalité.

“Je me suis très bien préparé pour ce match, a expliqué Nole. J’ai regardé les vidéos (de la rencontre perdue à Shanghai) pour comprendre ce que j’avais fait de bien ou de moins bien, ce que je pouvais faire mieux. Bien sûr, les conditions (à Paris) sont différentes, en indoor. Mais j’ai réussi à très bien démarrer le match et je ne lui ai pas vraiment laissé beaucoup d’occasions de revenir”.

– Minces chances –

Cette victoire permet en outre au “Djoker” de préserver de minces chances de terminer l’année N.1 mondial, même si Rafael Nadal le détrônera quoi qu’il arrive à l’issue du tournoi parisien.

Jeune marié, l’Espagnol joue bien à Paris alors qu’une blessure à la main gauche l’a tenu à l’écart des tournois officiels depuis son titre à Flushing Meadows début septembre.

Mais jeudi, il a connu une alerte liée à des douleurs stomacales au point de faire venir le médecin pendant son match face à Stan Wawrinka qu’il a fini par balayer 6-4, 6-4.

“J’ai eu mal avant le match et je lui (le médecin, ndlr) ai juste demandé de me donner quelque chose pour me sentir mieux”, avait expliqué l’Espagnol juste après sa victoire, minimisant l’étendue du problème.

Selon son résultat à Bercy, Nadal peut s’assurer de terminer l’année N.1 mondial. Le plus beau scénario, mais pas le seul, serait qu’il remporte pour la première fois le Masters 1000 de Paris en battant Djokovic dimanche. En cas de victoire finale du Serbe, cette place honorifique se jouerait au Masters londonien.

Londres, justement, Monfils aimerait bien y retourner après son unique expérience en 2016. Il doit pour cela atteindre les demies, ce que seul Shapovalov peut donc l’empêcher de faire désormais.

En cas de défaite du Français, c’est Matteo Berrettini, le demi-finaliste de l’US Open éliminé dès son entrée en lice à Bercy par Tsonga, qui conservera la 8e place de la Race et rejoindra à Londres Nadal, Djokovic, Federer, Medvedev, Thiem, Tsitsipas et Alexander Zverev.

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.