Médicaments, taser… Matthieu Delormeau évoque son quotidien depuis les menaces

0
4

Les membres de l’équipe de Cyril Hanouna ont partagé leurs témoignages concernant les menaces et insultes dont ils ont été victimes. Tous sont d’accord pour dire que leur comportement a changé après avoir reçu des messages haineux sur la Toile. Dans Touche pas à mon poste le 24 novembre, le sujet a été lancé en présence de la journaliste Christine Kelly, qui a récemment porté plainte pour harcèlement et menace de mort. a fait une pause en 2020 avant de revenir dans l’émission, a longuement parlé de son mal-être et de ce qui a changé dans son quotidien.

“J’ai souvent peur depuis que je fais cette émission. Je rappelle qu’on m’a cassé ma voiture deux fois dans un parking. Je me suis fait sortir d’un taxi, poursuivre dans la rue. Je ne sais pas me battre, je n’ai pas été éduqué comme ça… Alors parfois je préfère me taire”, a déclaré le quinquagénaire, qui avait été attaqué il y a quelques mois, à la sortie du talk-show. Le chroniqueur a également révélé qu’il prenait des médicaments pour dormir et qu’il était souvent armé d’un taser pour faire face à d’éventuelles agressions.

“Quand vous sursautez quand on vous demande l’heure, que vous regardez derrière vous dans la rue, que vous avez peur en rentrant dans un parking et que le soir, sur votre table de nuit, il y a un petit truc pour dormir et déstresser, vous vous dites : ‘c’est pas ça la vie que je voulais, je n’ai pas signé pour ça'”, a-t-il avoué à ses collègues.

Matthieu Delormeau est loin d’être le seul dans ce cas. En effet, Gilles Verdez et Géraldine Maillet ont expliqué qu’ils craignaient pour leurs proches et qu’ils se censuraient un peu plus depuis qu’ils ont reçu des messages haineux. “J’ai eu peur quand ma fille a été identifiée. J’étais paniquée, j’en ai tout de suite parlé à votre service de sécurité et ils m’ont suivi pendant 8, 10 jours et ont envoyé des gens à la sortie de l’école de ma fille, pour voir s’il n’y avait pas de problème”, a confié Géraldine Maillet à Cyril Hanouna.

“Dès que je rentre chez moi, je fais un tour du pâté de maison pour voir si je suis pas suivi”, a avoué Gilles Verdez. “J’essaye de mesurer mes propos”, a, de son côté, confié Valérie Benaim, qui a essuyé des injures antisémites et menace de mort après l’affaire Freeze Corleone.