Mélanie Laurent amoureuse d’un Américain : confidences sur sa vie de couple entre deux continents

0
6

C’est parce qu’elle est amoureuse d’un Américain que Mélanie Laurent partage son temps entre la France et les Etats-Unis. De retour sur Netflix avec un nouveau thriller signé Alexandre Aja, Oxygène (le 12 mai 2021), la comédienne a accordé une nouvelle interview au magazine Version Femina en ce début du mois de mai. L’occasion pour elle d’évoquer sa vie de famille entre deux continents, non seulement avec son mystérieux compagnon, mais aussi avec ses deux enfants : Léo (7 ans, né d’une précédente relation) et Mila (1 an).

Au moment même où elle est devenue mère pour la deuxième fois, à l’automne 2019, Mélanie Laurent s’est installée à Los Angeles, une ville où elle apprécie l’accès facile aux “grands espaces” et “les gens si polis, adorables” : “Vivre à Los Angeles est assez doux“, l’actrice française de 38 ans a-t-elle expliqué à nos confrères. Une nouvelle vie sur la côte Ouest qu’elle a malgré tout trouvée “un peu difficile” : “D’ailleurs, je suis vite revenue (…). Je suis rentrée au premier confinement, mais j’y retournerai, car le père de ma fille, qui m’a suivie en France, est américain. Il vit ici depuis deux ans et il s’y plaît mais, avec le confinement, il ne voit pas le pays sous son meilleur jour“, a confié la comédienne césarisée en 2007 pour son rôle dans Je vais bien, ne t’en fais pas.

Dans une précédente interview accordée au magazine Madame Figaro, peu de temps après son installation en Californie, Mélanie Laurent avait expliqué que “les grandes décisions de (sa) vie sont liées à une histoire d’amour” : “C’est parce que j’ai rencontré un Américain qui vit à Los Angeles que je suis partie. Ce changement un peu improvisé a été d’autant plus fort que je ne vivais plus à Paris. Ces dernières années, j’habitais sur une île, en Bretagne. Je suis donc passée de ma petite île à cette mégalopole, où je me perds un peu parfois“, cette parisienne de naissance avait-elle expliqué. “Cette décision de s’installer aux États-Unis, je l’ai prise parce que notre vie ensemble est ici. Mais rien n’est gravé dans le marbre. Je n’ai pas l’impression d’avoir lâché la France. J’ai gardé un pied-à-terre à Paris, où j’ai ma famille, mes amis.”