Connectex avec nous

Menacés suite à la mort de Naomi Musenga, des agents du Samu portent plainte 

Pure Santé

Menacés suite à la mort de Naomi Musenga, des agents du Samu portent plainte 

Depuis la diffusion de l’appel de Naomi Musenga avant sa mort, le Samu reçoit des appels de menaces. Des agents ont décidé de porter plainte. 

Depuis la révélation des circonstances de la mort de Naomi Musenga, dont appel n’avait pas été pris au sérieux par le Samu, la plateforme reçoit de nombreux appels menaçants. La direction des Hôpitaux universitaires de Strasbourg a indiqué samedi 12 mai que des agents du Samu Bas-Rhin avaient porté plaintes, n’indiquant ni le nombre, ni le motif des plaintes, mettant en avant des impératifs de confidentialité.

“Un agent qui s’est fait agresser verbalement a porté plainte” a confirmé une source syndicale à l’ AFP.  “Quatre agents ont été menacés directement sur les réseaux sociaux mais heureusement pour eux les numéros de téléphone et les identités n’étaient pas corrects ou erronés. Cependant l’une d’entre elles n’a pas pu rentrer chez elle par crainte de représailles parce que les individus l’attendaient à son domicile”, a déclaré sur France Bleu Alsace Sylvain Poirel, délégué CGT.

La famille appelle au calme  

Dans un entretien accordé à BFM TV, Martial et Gloire Musenga, les frères de Naomi, ont appelé à l’apaisement. Ils ont déclaré ne pas ressentir de haine à l’encontre des opératrices qui ont négligé l’appel de leur soeur. “On ne peut pas leur en vouloir. Si aujourd’hui elles retournent en arrière et ont à nouveau cet appel, je peux vous assurer qu’elles vont l’aider. Si elles ne l’ont pas aidé, c’est à cause des problèmes dans leur structure, pendant leurs heures de travail, auparavant, etc… Ca n’a rien à voir. Elles n’avaient rien contre Naomi personnellement, elles ne la connaissaient pas. Donc ce n’est pas leur faute”, insiste Martial Musenga.

La famille de la jeune femme a déposé une plainte le 11 mai dernier pour “non assistance à personne en danger” et “mise en danger de la vie d’autrui” contre les Hôpitaux universitaires de Strasbourg (HUS) et contre X. Une enquête administrative a été ouverte par les HUS, l’Inspection générale des affaires sociales a été saisie et une enquête préliminaire ouverte par le Parquet de Strasbourg. Une marche blanche en hommage est prévue mercredi 16 mai à 17h30, là encore la famille appelle à la non violence.

Plus dans Pure Santé

Haut