Michael Youn et Isabelle Funaro, une dure séparation : “C’est tellement bas…”

0
156

Entre Michaël Youn et Isabelle Funaro, tout n’a pas toujours été rose. Leur histoire a été entachée d’une violente séparation. Une épreuve qui est forcément une source d’inspiration pour le réalisateur. Il s’est inspiré de sa propre histoire pour écrire Divorce Club, dans lequel le personnage principal, Ben, découvre que sa femme le trompe.

À lire aussi

En pleine promotion du film, en salles ce mercredi 15 juillet 2020, Michaël Youn s’est confié au Parisien sur les dessous du film. Questionné sur sa propre expérience avec le divorce, l’humoriste commence par rappeler qu’il n’était pas marié. “Mais j’ai vécu une séparation qui a été extrêmement difficile et j’avais envie de pouvoir en sortir… je ne vais pas dire ‘par le haut’, mais en tout cas ‘par le rire’“, a-t-il confié au Parisien.

Lors de cette séparation, les choses n’ont toujours pas été très courtoises. “C’est tellement bas tout ce qu’on peut se faire, se dire, alors qu’en plus, c’est quelqu’un que j’aime, que j’estime… Quand on a vécu une relation extrêmement passionnelle, la séparation l’est tout autant“, déplore Michaël Youn.

Ce n’est pas la première fois que le cinéaste accepte d’évoquer cette douloureuse rupture. Dans les colonnes de Gala, il avait avoué ne pas avoir été “super classe”. “Attention à tout ce que vous pouvez dire quand vous vous séparez ! Parce que, parfois, le destin vient avec sa baguette magique. Cupidon revient avec son arc, et il y a des coups de couteau qu’on a donnés ou reçus, des blessures difficiles à refermer. Pardonner, ou se faire pardonner, est deux fois plus difficile quand on n’a pas été super classe au moment de la séparation“, avait-il prévenu.

Depuis cette brève rupture, et l’écriture du scénario de Divorce Club, Isabelle Funaro et Michaël Youn se sont réconciliés. Déjà parents d’une fille prénommée Seven (9 ans), ils ont même accueilli le petit Stellar (1 an) le 4 juillet 2019.

Retrouvez l’interview de Michaël Youn en intégralité dans Le Parisien du 14 juillet 2020.