Michèle Laroque a frôlé la mort à 19 ans : “C’est grâce à cet accident que j’ai compris…”

0
51

Rares sont les fois où amie de Pierre Palmade et Muriel Robin a bien failli ne jamais remarcher…

J’entendais tout le monde autour de moi dire : ‘Elle ne va pas remarcher…’ Je n’ai jamais eu peur, j’ai toujours eu confiance et j’ai eu beaucoup de patience. Et j’ai eu la chance de ne pas être en colère, de ne pas me sentir victime, de ne pas avoir peur. Cet accident a été le début de tout. C’est grâce à cet accident que j’ai compris, et que j’ai dit que je voulais être comédienne“, raconte-t-elle à Femme Actuelle. Bizarrement, ce traumatisme aura été un mal pour un bien et a fait voir la vie autrement à Michèle Laroque : “Si vous continuez de pleurer, d’être victime, d’être en colère, vous n’allez jamais avoir l’occasion de découvrir quelque chose d’autre. C’est une épreuve qui m’a amenée dans ce chemin de vie, qui est, je crois, vraiment le mien“.

Dans l’émission 20h30 le dimanche sur France 2, en 2019, Michèle Laroque avait évoqué plus en détails les conséquences que cet accident. Elle a physiquement mis plusieurs années pour s’en remettre : “Je ne m’en suis vraiment remise qu’au bout de quatre ans. Un an sans marcher, beaucoup d’opérations, c’était très long”, expliquait-elle à Laurent Delahousse. Quatre ans plus tôt, elle expliquait avoir mis “deux ans avant de remarcher” : “J’avais le fémur en dix-huit morceaux. On devait me couper la jambe. Les infirmières l’ont sauvée en allant solliciter un très bon chirurgien qui venait d’arriver à l’hôpital“. Passée à deux doigts de l’amputation, Michèle Laroque a finalement retrouvé le contrôle de ses jambes.

Si elle a eu beaucoup de chance en passant à côté du pire, le père de son compagnon François Baroin, lui, n’a pas survécu à l’accident d’avion dont il a été victime. Le politique s’était penché sur la disparition tragique de son père : “On était une famille. On était quatre et puis, pratiquement du jour au lendemain, on s’est retrouvés à deux. […] Quand je monte dans un avion, j’ai l’impression d’entrer dans un cercueil“, confiait-il dans sa biographie écrite par Anne Fulda. L’histoire ne dit pas si Michèle Laroque a la même sensation en prenant place dans un véhicule, mais on n’en doute, étant donné le joli mantra qu’elle a adopté depuis !