Connect with us

Midterms: ces démocrates qui compteront pour 2020

Dépêche

Midterms: ces démocrates qui compteront pour 2020

Le scrutin des midterms, qui se tenait mardi aux Etats-Unis, a rendu son verdict. Il marque le coup d’envoi de la campagne pour la présidentielle de 2020, dont les futurs acteurs démocrates commencent à émerger.

Les midterms, qui se déroulaient mardi aux Etats-Unis, marquent véritablement le lancement de la campagne pour l’élection présidentielle de 2020. Pour les deux prochaines années de sa mandature, Donald Trump conserve un Sénat républicain, ce qu’il a revendiqué comme une “grande victoire”, mais devra composer avec une Chambre des représentants à majorité démocrate. Un résultat majeur pour les futures primaires démocrates et la prochaine présidentielle, au sein desquelles des vainqueurs de mardi joueront un rôle crucial, 

Elizabeth Warren

Sénatrice du Massachussets depuis 2012, Elizabeth Warren a aisément conservé son fauteuil mardi lors des élections de mi-mandat, empochant plus de 60% des voix (selon des résultats encore partiels) face au républicain Geoff Diehl. Celle qui a été la cible des moqueries de Donald Trump, qui a mis en doute ses origines amérindiennes et l’a surnommée à plusieurs reprises “Pocahontas”, est de plus en plus pressentie pour l’affronter en 2020.

Accusée par le locataire du Bureau ovale de mentir sur ses origines pour favoriser sa carrière, elle a répondu en octobre dernier en publiant un test ADN attestant de la présence d’ancêtres amérindiens dans sa filiation.

Alors que les spéculations vont bon train, Elizabeth Warren, 69 ans et ancienne professeur de droit à Harvard, a déclaré elle-même début octobre qu’elle étudierait sérieusement la possibilité de se porter candidate après les résultats des midterms.

Bernie Sanders

Bernie Sanders a conservé sans difficulté et sans surprise son fauteuil de sénateur indépendant du Vermont, qu’il occupe depuis 2007. Avec près de 67,5% des voix face à son rival républicain Lawrence Zupan, l’ancien candidat à l’investiture démocrate pour la présidentielle a été élu à ce poste pour la troisième fois, confirmant sa popularité auprès des électeurs.

Cette figure de la gauche américaine, qui avait échoué de peu face à Hillary Clinton lors des primaires du Parti démocrate en 2016, et s’était notamment assuré le soutien de la jeunesse, voit son nom revenir régulièrement parmi les potentiels candidats pouvant s’opposer à Donald Trump en 2020. Et ce bien qu’il ait affirmé à plusieurs reprises qu’il ne se présenterait pas.  

Son âge – il aura 79 ans lors de la prochaine présidentielle – est toutefois souvent présenté comme un frein à une nouvelle candidature à la Maison Blanche.

Beto O’Rourke

Il a perdu son pari, et pourtant Beto O’Rourke a acquis au cours de la campagne pour les élections de mi-mandat un statut d’étoile montante de la gauche américaine, qui pourrait survivre à sa défaite.          

Député inconnu du grand public il y a encore deux ans, ex-rocker punk au CV politique peu étoffé mais avec du charisme à revendre, le démocrate a fait sensation au Texas, traditionnellement ancré à droite.          

A 46 ans, il n’a pas réussi mardi l’exploit de battre le sénateur sortant, l’ultraconservateur Ted Cruz, lors des midterms. Mais le seul fait qu’il ait fait trembler ce poids lourd du Parti républicain, et sa défaite serrée, le placent sous les projecteurs au moment où le Parti démocrate va entrer dans la course pour désigner son candidat qui défiera l’actuel président dans deux ans.

Alexandria Ocasio-Cortez

A seulement 29 ans, la nouvelle égérie de l’aile gauche du parti démocrate est devenue mardi la plus jeune élue du Congrès américain en battant à plates coutures (plus de 78% des voix) son adversaire républicain Anthony Pappas, dans l’Etat de New York, après une ascension fulgurante.

Née d’une mère portoricaine et d’un père américain, Alexandria Ocasio-Cortez est en effet devenue en quelques mois une star de l’aile gauche du parti démocrate.

Sa victoire surprise lors de la primaire, en juin, face à un baron de la Chambre des représentants, a érigé du jour au lendemain cette jeune femme qui revendique l’étiquette socialiste, au rang d’enfant prodige de la politique. Après avoir lancé sa campagne par un clip vidéo devenu viral, elle avait arpenté inlassablement sa circonscription avec deux mots d’ordre: le rejet de tout financement des grands donateurs, et la priorité aux classes moyennes, avec des promesses de couverture santé universelle, d’universités publiques gratuites et de logements abordables. Des prises de position proches de celles de Bernie Sanders, pour lequel elle avait travaillé lors de la campagne présidentielle en 2016.

Alexandria Ocasio-Cortez sera inéligible lors de la prochaine présidentielle puisqu’elle n’aura pas atteint l’âge légal pour se présenter, qui est de 35 ans. En revanche, son nouveau statut de rockstar du parti pourra lui permettre d’apporter un soutien de poids au futur adversaire de Donald Trump en 2020, comme elle l’a fait pour de nombreux candidats lors de ces midterms.

Quant à Andrew Gillum et Stacey Abrams, deux nouveaux visages démocrates que l’on annonçait vainqueurs aux postes de gouverneur en Géorgie et en Floride, ils n’ont finalement pas passé l’épreuve des midterms, au terme de duels très attendus, et très serrés. Reste à savoir s’ils feront malgré tout partie des démocrates à suivre ces deux prochaines années.

Continue Reading
You may also like...
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

More in Dépêche

To Top