Connect with us

Migrantes mortes en Grèce: la piste criminelle privilégiée

Dépêche

Migrantes mortes en Grèce: la piste criminelle privilégiée

Jeudi, la police grecque a annoncé qu’elle privilégiait la piste criminelle concernant la mort de trois migrantes.

La police privilégiait jeudi la piste criminelle concernant la mort de trois jeunes migrantes, retrouvées la veille dans un champs près de la zone tampon du fleuve Evros (nord-est), qui marque la frontière terrestre entre la Grèce et la Turquie.

Blessures au cou

Selon une source policière locale, les corps des femmes découverts portaient des blessures au cou provoquées par “un objet tranchant”. Un médecin légiste a été appelé pour vérifier la cause de leur mort, selon la même source.

Les victimes avaient entre 15 et 25 ans et étaient d’origine “asiatique”, selon les premiers éléments de l’enquête.

Les corps des trois femmes ont été découverts par un agriculteur dans un champs près du fleuve Evros, passage habituel des migrants et réfugiés venant de la Turquie à destination de l’Europe.

Flux migratoire

Le flux migratoire en Grèce a repris en 2018 à la fois via la frontière terrestre d’Evros avec la Turquie et via les îles grecques de la mer Egée, situées en face des côtes turques.

Les gardes-frontières à Evros ont à plusieurs reprises prévenu les autorités de la hausse du nombre de passages et réclamé plus d’effectifs pour y faire face.

Pendant le premier semestre de cette année 8.407 migrants ont été arrêtés près de cette frontière contre 1.611 pour la même période l’année précédente, selon la police. Au total en 2017, ce nombre a atteint 5.600 contre 3.700 en 2016.

Les îles de la mer Egée ont également connu une reprise importante cette année: 13.800 au premier semestre 2018 contre 9.518 pour la même période l’année dernière.

Continue Reading
You may also like...
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

More in Dépêche

To Top