Miss France 2022 : Miss Aquitaine, “déçue du résultat”, réagit à la polémique sur sa coiffure

0
149

Samedi 11 décembre 2021, elles étaient 29 à prétendre à la nouvelle couronne de Miss France. C’est finalement Diane Leyre (Miss Île-de-France) qui a été élue, grâce aux notes du jury et non aux votes du public. La jolie brune de 24 ans avait face à elle des concurrentes de taille, dont la jolie Ambre Andrieu (Miss Aquitaine). Cette dernière n’a d’ailleurs pas démérité en décrochant la place de la 5e dauphine de les dires de Sylvie Tellier dans Touche pas à mon poste lundi soir. “On leur dit : ‘Vous avez des coiffeurs, des maquilleurs qui sont là pour vous sublimer. Vous ne quittez pas votre poste de coiffure et de maquillage sans que ça vous plaise’“, avait-t-elle assuré.

Pourtant, Miss Aquitaine était bien loin d’être satisfaite au moment de monter sur scène comme elle l’a reconnu lors d’une interview pour ELLE. “Je suis déçue du résultat, ce n’est pas ce que je voulais… C’est loin de me ressembler. J’ai senti sur scène qu’il y avait quelque chose qui clochait avec ma coupe, mais j’ai mis ça de côté. (…) Je regrette cette coiffure, j’aurais aimé qu’on me dise et qu’on me reprenne. J’aurais aimé me voir. C’était dur pour moi, mais ce n’est la faute de personne“, a-t-elle exprimé.

Une seule coiffeuse pour les cheveux texturés

Il y a pourtant bel et bien un fautif aux yeux des internautes, lesquels ont pointé du doigt le comité Miss France pour une forme de racisme banalisé. Des accusations que ne soutient pas du tout Ambre Andrieu. “On avait une coiffeuse spécialisée, donc ça me touche qu’elle se prenne des critiques et qu’elle soit accusée de racisme, alors qu’elle est aussi noire et qu’elle a fait de son mieux“, a-t-elle défendu. La Miss de 22 ans regrette néanmoins le manque d’effectif pour s’occuper de cheveux afro. “Il y avait une seule coiffeuse sur place pour les cheveux texturés, alors qu’on était cinq ou six à posséder cette nature-là pendant toute la partie avant le passage des quinze“, a-t-elle noté. Un personnel plus complet aurait alors changé la donne pour Ambre. “On aurait peut-être pu éviter ce genre de situation, où je ne me sens pas belle au niveau des quinze. La France est diverse et variée : il y a des peaux noires, des peaux mates, des peaux maghrébines. Ce ne sont pas les mêmes besoins“, a-t-elle rappelé pour conclure.