Moha La Squale condamné : six mois de détention pour le rappeur

0
17

Retour de bâton pour Moha La Squale. Le rappeur parisien a été condamné le jeudi 15 avril 2021 à six mois de détention à domicile, sous surveillance électronique, pour refus d’obtempérer, outrage et rébellion, en marge d’un contrôle de police. En juin 2020, il avait été arrêté par les forces de l’ordre pour un contrôle de routine. Les policiers s’étaient alors aperçus que Moha La Squale faisait l’objet d’un mandat de recherche pour “refus d’obtempérer aggravé”. Quelques semaines avant, l’interprète de Bienvenue à la Banane avait été pris en flagrant délit de “rodéo” sauvage dans les rues de Paris. Il était alors parvenu à s’échapper.

Lors du contrôle de juin 2020, la vidéo de son interpellation – assez violente – avait été diffusée sur les réseaux sociaux. On y voyait plusieurs policiers en train de le maintenir au sol, pendant qu’il criait et les insultait, le visage ensanglanté. Transporté au poste de police, il avait été libéré après une garde à vue. Lors de l’audience du procès en mars dernier, Moha La Squale avait assuré être “désolé”, précisant qu’il ne voulait pas “parler mal de la police”. La procureure générale avait alors requis une peine de 10 mois de détention à domicile sous surveillance électronique.

Le jeudi 15 avril 2021, Moha La Squale – parti à l’étranger, à Dubaï depuis quelques mois – était représenté par son avocat. Comme le relate l’AFP, il a été condamné par le tribunal correctionnel de Paris à verser des amendes allant de 400 à 500 euros aux trois policiers parties civiles.

Moha La Squale fait également l’objet d’une autre grande enquête lancée par le parquet de Paris. Au moins cinq anciennes compagnes ont porté plainte contre le rappeur, pour des faits de séquestrations, violences volontaires, agressions sexuelles, tentatives d’homicides ou encore menaces de mort. En septembre 2020, certaines avaient dénoncé l’emprise et la violence exercées par cet homme de 25 ans. Pour l’heure, aucune date n’a encore été fixée au calendrier judiciaire.