Moha La Squale : Une cinquième victime porte plainte pour “séquestrations”

0
86

Petit à petit, les langues se délient. Portées par les témoignages lourds et nécessaires des premières victimes, d’autres femmes osent intenter des actions en justice contre Moha La Squale. Le mercredi 23 septembre 2020, l’AFP rapportait qu’une cinquième femme avait porté plainte, en citant son avocat Me Thibault Stumm.

À lire aussi

Mardi, Me Stumm a donc déposé plainte auprès du parquet de Paris “pour des faits de séquestration” qui auraient eu lieu “dans l’année 2020″. Cet avocat représente déjà les trois premières plaignantes, Luna, Andrea et Ana, âgées de 23 à 28 ans, toutes d’anciennes compagnes du rappeur parisien.

Cette cinquième victime, “une jeune femme dans la moyenne d’âge des autres plaignantes“, fréquentait “occasionnellement” Moha La Squale. Elle ferait donc partie des maîtresses de l’artiste. Dans les témoignages des plaignantes, on apprenait que le rappeur louait plusieurs appartements parisiens, où il faisait vivre ses victimes supposées. Parfois, il les enfermait et leur interdisait de s’en aller.

Cette cinquième plainte ne fait que renforcer le poids des premiers témoignages contre le rappeur. Lui reste toujours silencieux. Son avocate, Me Elise Arfi, ne répond pas aux sollicitations de nos confrères. Les premières victimes ont commencé à parler au début du mois de septembre.

Au lendemain du jour où le scandale a éclaté,le 18 septembre 2020, Moha La Squale avait annoncé la sortie de son deuxième album. Si rien n’est sorti sur les plateformes de streaming, sa vidéo promotionnelle est toujours présente sur son compte Instagram. La marque Lacoste a par ailleurs annoncé avoir cessé sa collaboration avec lui il y a déjà “plusieurs mois”.

Le rappeur doit par ailleurs être jugé en mars pour un refus d’obtempérer aggravé, outrage à personne dépositaire de l’autorité publique et rébellion. Il avait été interpellé en juin à la suite d’un contrôle routier, les policiers ayant constaté qu’il faisait l’objet d’un mandat de recherche pour un “rodéo à moto” un mois auparavant.

Moha La Squale reste présumé innocent des faits qui lui sont reprochés jusqu’à la clôture définitive du dossier.