Mohamed (Le Meilleur Pâtissier) a perdu sa mère à 7 ans : “C’est pour ça que je suis autant attaché à mes enfants”

0
130

Dernière ligne droite avant la finale pour les candidats encore en compétition. Ce jeudi 23 décembre, M6 diffuse la demi-finale du Meilleur Pâtissier 2021. Le public verra s’affronter Aya, Maud, Alexandre et Mohamed. Avant que le public ne découvre l’émission, ce dernier a accordé une interview au Parisien, l’occasion d’en découvrir un peu plus sur sa vie privée.

Il est l’un des candidats les plus attachants de cette édition. Le père de famille de 34 ans qui réside au Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis) n’aurait pourtant jamais pensé participer au programme présenté par Marie Portolano. Plus jeune, Mohamed se passionnait surtout pour la moto. L’école en revanche l’intéressait beaucoup moins comme il l’a expliqué au Parisien : “Ce n’était pas pour moi. Je n’aimais pas ça. Et puis j’étais très turbulent… Au collège, je n’ai pas eu mon brevet. Alors j’ai fait un CAP carrelage mosaïque. Après j’ai enchaîné pleins de boulots : magasinier, coursier, chauffeur… Ensuite, j’ai monté une boîte de conseil aux entreprises.”

S’il était si turbulent à l’époque, c’est parce qu’il manquait cruellement de confiance en lui. Un trait de personnalité survenu à la suite d’un drame. “C’est peut-être parce que j’ai perdu ma mère très jeune, à 7 ans. C’est pour ça aussi que je faisais beaucoup de bêtises à l’école. Rien ne remplace l’amour d’une maman. C’est pour ça également que je suis autant attaché à mes enfants… Ce qui est sûr, c’est que l’émission m’a aidé. Elle m’a fait progresser techniquement mais elle m’a aussi permis d’être plus sûr de moi. Et puis quand je vois dans le regard de mes filles qu’elles sont fières de leur papa, c’est un super cadeau“, a-t-il déclaré.

Une passion confirmée pendant le confinement

C’est en offrant un gâteau d’une boutique Pierre Hermé à sa femme, pour son anniversaire, qu’il a vu la pâtisserie sous un autre angle. Mohamed a ressenti des émotions incroyables. “Une vraie claque“, a-t-il précisé. Il a donc profité du premier confinement pour se perfectionner en pâtisserie. “C’était la première fois que je me levais le matin sans savoir quoi faire. C’était dur psychologiquement. C’est là que je me suis mis vraiment à pâtisser, en apprenant les techniques, en me perfectionnant. Mais j’ai tout de suite été voir du côté des grands chefs, en achetant leurs livres et en refaisant leurs recettes. J’ai commencé à regarder l’émission autrement, en me disant ‘Ça, je serais capable de la faire’“, a-t-il poursuivi.

Poussé par sa femme Souhir, qu’il a épousée à l’âge de 19 ans, il a fini par passer le casting du Meilleur Pâtissier. Et son parcours prouve qu’il a bien fait ! Aujourd’hui, il espère pouvoir vivre de sa passion. Nul doute que le public sera au rendez-vous car il est déjà reconnu quand il sort de chez lui. “L’autre fois, c’était un peu gênant quand des gens m’ont reconnu au supermarché… Je n’ai pas envie d’être une star. Je suis juste un gars du Blanc-Mesnil qui fait des gâteaux…“, a-t-il conclu.