Mort d’Annie Cordy : qui était François-Henri Bruneau, l’homme de sa vie ?

0
199

Un week-end bien triste. Vendredi 4 septembre 2020, on apprenait la mort d’Annie Cordy. La chanteuse belge est décédée à l’âge de 92 ans dans sa demeure de Vallauris (Golfe Juan, près de Cannes).. L’occasion de revenir sur ce qui a marqué la vie de cette formidable interprète, à commencer par le grand amour de sa vie, François-Henri Bruneau.

À lire aussi

Après avoir été amoureuse d’un soldat, puis en couple avec un dompteur de fauves, elle rencontre François-Henri Bruneau, dit Bruno, alors qu’elle se produisait au Lido. “On le voyait avec ses lunettes noires, qu’il gardait toujours, pour dormir, car il connaissait le spectacle. Un jour, il pleuvait et une voiture est montée sur le trottoir, devant moi, j’ai cru qu’il voulait m’écraser. C’était Henri. Il m’a dit : ‘Connaissez-vous Paris ?’ Je ne connaissais presque rien. On a fait le tour de Paris pendant des heures…. Quand on s’est mieux connus, il voulait que j’arrête mes bêtises, avec les revues du Lido“, racontait-elle au Point.

Leur mariage remonte au 3 février 1958, à la mairie de Bièvres (Essonne). Malgré leur 17 ans d’écart, ils resteront mariés plus de trente ans. Inséparables, Bruno deviendra son manager au fil des années. Cependant, tout s’arrête en 1989, lorsque François-Henri Bruneau succombe à un malaise cardiaque, à l’âge de 78 ans. Malgré cette terrible épreuve, Annie Cordy avait décidé de remonter sur scène, le soir-même de la disparition de son époux.

Quand j’ai perdu mon mari, je peux vous assurer que je suis partie en miettes. Le soir, pourtant, j’étais sur scène ! Je suis comme ça, j’assure. Ce fut quarante ans de passion et de tendresse. J’ai bien eu une autre histoire, qui a duré deux ans, mais rien de très important“, confiait-elle à Paris Match en 2015.

Pendant leur trente années ensemble, à écumer les routes et à s’aimer dans le tourbus, Annie Cordy et François-Henri Bruneau n’auront pas d’enfants. “Parce que je pouvais pas en avoir, pardi ! Vous pensez bien que si j’en avais eus, je ne les aurais pas jetés”, expliquait-elle malicieusement à l’Express.