Mort de Christophe : Déchirante lettre de Jean-Michel Jarre

0
284

Le chanteur Christophe est mort le jeudi 16 avril 2020. L’interprète d’Aline est décédé d’un emphysème à l’âge de 74 ans, une maladie pulmonaire. “Christophe est parti. Malgré le dévouement sans faille des équipes soignantes, ses forces l’ont abandonné“, avaient écrit son épouse Véronique et sa fille Lucie dans un texte transmis à l’APF. Le mieux placé pour parler de Christophe à l’imparfait, c’est certainement Jean-Michel Jarre, son ami et complice de toujours.

À lire aussi

Dans les colonnes de Libération, le compositeur de 71 ans lui a adressé une lettre poignante. “Toi le p’tit gars imprévisible de Juvisy, le Gatsby de Tanger, le playboy de la Riviera, le fantôme du paradis des nuits de Montparnasse, qu’es-tu allé faire en Bretagne pour nous jouer ce sinistre tour, sombre tonnerre de Brest, toi qui as toujours préféré la Méditerranée à tous les océans“, écrit-il. Ils s’étaient connu grâce à leur éditeur et producteur commun, “l’immense Francis Dreyfus“.

“Tu t’en vas en plein isolement planétaire”

De toi, j’ai tout connu, de ta gueule d’ange avec mocassins Berluti et Lamborghini assortie, jusqu’à ta gueule de moustachu avec bottes de mousquetaire debout à la barre de la console de ton navire brocante, jusqu’au lever du jour…“, poursuit Jean-Michel Jarre à propos de Christophe, qu’on disait atteint du coronavirus. “Cruel paradoxe, toi, l’as du confinement capable de ne pas sortir pendant des semaines à la recherche du son ultime, toi le roi de la distanciation diurne, tu t’en vas en plein isolement planétaire, isolation en catimini au bout du pays sans qu’on puisse venir te dire au revoir“, ajoute son ami.

Et puis il y a eu l’Olympia, l’idée de mettre nos deux albums en live que je mettrais en scène. Nourri de Topor et de Bob Wilson, je t’imaginais multiple avec nains et géants, vieillard de 2001 réécoutant Aline, et je t’imaginais pour la version live d’Emporte-moi, toi sur un piano volant“, raconte Jean-Michel Jarre, avant d’évoquer cette nuit “étrange” où ils ont enregistré Les Vestiges du chaos, “confinés dans l’ignorance du chaos extérieur, car c’était la nuit du Bataclan“.

Ce qu’il reste aujourd’hui, c’est son dernier appel. “Il y a trois semaines très tard dans la nuit, était pour me demander si j’avais des masques. Quand j’ai eu ton message le lendemain, tu n’étais déjà plus là. On pense que les gens qu’on aime sont éternels et ils le sont, et tu l’es mon Chris, ciao, ciao, baci, baci”, conclut-il tendrement.

Le corps de Christophe est toujours à l’hôpital de Brest et les obsèques devraient avoir lieux dès que possible.