Mort de Danny Aiello (Léon, Le Parrain) : Robert de Niro et Cher endeuillés

0
254

Plus de quarante-cinq ans après ses débuts, en 1973, au côté de Robert de Niro en joueur de baseball dans Le dernier match, Danny Aiello continuait, à 86 ans, à se produire discrètement sur les écrans, dans des rôles certes souvent confidentiels mais aussi avec une constance remarquable. Un élan qui a été stoppé net par la maladie : l’acteur américain est mort dans la soirée du jeudi 12 décembre 2019 dans un hôpital du New Jersey où il avait été admis en raison d’un problème de santé et où il a succombé des suites d’une infection.

À lire aussi

Michael Corleone te passe le bon jour

Né à Manhattan au sein d’une fratrie de six élevée par une mère que son époux abandonna lorsqu’elle devint aveugle, Danny Aiello s’était engagé dans l’armée à l’adolescence, avait servi durant trois ans et avait effectué divers petits boulots à son retour avant de se rapprocher du show-business, d’abord videur d’un comedy club réputé puis habitué du Café Central prisé des célébrités.

Après sa première apparition au grand écran en 1973 dans Le dernier match, il s’était fait remarquer l’année suivante dans le deuxième volet de la trilogie Le Parrain de Francis Ford Coppola, à la faveur d’un rôle insignifiant en temps de présence mais qui a marqué les esprits : c’était lui, dans la peau de l’un des frères Rosato (Tony), qui liquidait le capo Frank Pentangeli (joué par Michael V. Gazzo), l’étranglant par derrière tout en lançant cette réplique devenue culte – “Michael Corleone te passe le bonjour !“.

Dix ans plus tard, et au moins autant d’autres rôles dans l’intervalle (dont un particulièrement remarqué dans Le Policeman avec Paul Newman), Danny Aiello avait recroisé la route de Robert de Niro devant la caméra de Sergio Leone pour Il était une fois en Amérique (1984) – fait amusant, son personnage de flic dans le film porte le même nom, “Aiello”. Au cours de la même décennie, il tourna notamment pour Woody Allen (La rose pourpre du Caire, Radio Days), incarna le fiancé de Cher (dans le rôle – oscarisé – d’une jeune veuve italo-américaine à Brooklyn) dans Eclair de lune (Moonstruck) et s’illustra encore en patron de pizzeria dans Do the Right Thing de Spike Lee, rôle qui lui valut une nomination aux Golden Globes et aux Oscars dans la catégorie Meilleur second rôle.

Fiancé de Cher, papa de Madonna, patron de Jean Réno…

Aiello continua par la suite à collectionner les seconds rôles éclectiques (L’Echelle de Jacob, Prêt-à-Porter, City Hall), jusqu’à ses dernières performances dans The Neighborhood (2017, ultime film de la Canadienne Margot Kidder, LA Lois Lane du Superman de 1978, décédée en mai 2018), Little Italy (2018, avec Emma Roberts et Hayden Christensen en têtes d’affiche) et Making a Deal With The Devil (2019). A noter qu’il tourna au cours de sa carrière pour les Français Elie Chouraqui – dans Man on Fire – et Luc Besson – dans Léon (dans le rôle du commanditaire de Jean Réno).

Danny Aiello était également un vétéran des planches de Broadway et un chanteur, qui avait fait paraître plusieurs albums. Conjuguant ses talents, il avait même joué le père de Madonna dans le clip de Papa Don’t Preach de la Reine de la Pop !

Marié depuis 1955 avec sa femme Sandy, il la laisse avec leurs trois enfants, Rick, Jaime et Stacey. Il était également le père de Danny Aiello III, acteur-cascadeur décédé en 2010 des suites d’un cancer du pancréas.

Robert de Niro, son ami depuis près de cinquante années, s’est dit très attristé et lui a donné rendez-vous au paradis. Cher, elle aussi peinée par la nouvelle de sa disparition, a rendu hommage en particulier à son génie comique : “Nous avons tellement ri en tournant Moonstruck. L’un des moments les plus heureux de ma vie et il en faisait partie. Au revoir Johnny Cammameri. Loretta“, a-t-elle tweeté en utilisant les noms de leurs personnages.