Muriel Robin évoque son lourd secret familial : “Elle me dit que mon père n’est pas mon père…”

0
25

C’est une séquence assez poignante qui a eu lieu lors de l’émission Sept à huit diffusée dimanche dernier sur TF1. Venue parler de sa carrière, mais surtout de sa vie de famille, qu’elle a révélé dans son autobiographie, Fragile, parue le 18 octobre 2018. Un secret qu’elle n’aurait peut-être jamais su si elle n’avait pas eu l’idée de ce livre. Elle se rend auprès de la meilleure amie de sa mère, Juliette, pour recueillir son témoignage dans le but de finaliser l’écriture de son oeuvre. C’est là qu’elle apprend la nouvelle : “Elle me dit que mon père n’est pas mon père et elle me dit qui est mon père, et je vois très bien qui c’est”.

Quand on est illégitime, ce que certains appellent bâtard ou bâtarde… on est bancal

Un véritable choc pour Muriel Robin puisque celui qu’elle considérait comme son père biologique depuis sa naissance, Antoine Robin, n’est pas celui qu’elle croit. Ce père biologique, Jacques Hamalian, est un homme qui travaille sur les marchés, tout comme ses parents. “J’aimais beaucoup cet homme d’ailleurs”, se rappelle-t-elle. Les deux hommes sont depuis décédés et même si cette révélation la bouleverse, elle ne change pas foncièrement les choses vis-à-vis de ce père qui l’a élevé, mais certaines choses prennent un autre sens. “Mon père reste mon père (…), mais quand on est illégitime, ce que certains appellent bâtard ou bâtarde… on est bancal”, explique-t-elle.

Une situation difficile à vivre qu’elle résume en quelques mots : “Avant d’arriver on est déjà un problème”. Muriel Robin ne sait pas si toute la famille est dans la confidence au moment de sa naissance. “Elle (ndlr, sa mère) l’a dit à mon père peut-être, ou pas, c’est la seule chose que je ne saurais pas”, indique-t-elle, avant de poursuivre sur ce père biologique originaire d’Arménie : “L’autre il le savait, puis je lui ressemble, j’ai ça (ndlr, elle montre son menton), c’est un gène dominant, que n’a pas mon père qui m’a élevé. On me disait même que je lui ressemblait, quand j’arrivais sur les marchés on disait à ce Jacques arménien ‘tiens voilà ta fille'”, raconte-t-elle à Audrey Crespo-Mara.

Un témoignage choc de la part de Muriel Robin, visiblement marquée par cette révélation inattendue et qui se livre comme rarement sur cette histoire de famille longtemps restée secrète.