Musée juif: verdict final pour Nemmouche qui risque la prison à vie

0
45

La cour d’assises de Bruxelles doit prononcer lundi la peine de réclusion criminelle infligée au jihadiste français Mehdi Nemmouche, reconnu coupable des quatre “assassinats terroristes” perpétrés en mai 2014 au Musée juif de la capitale belge.

L’issue de ce procès fleuve, dont les débats ont duré du 10 janvier au 5 mars avec une centaine de témoins convoqués à la barre, laisse peu de place au doute.

Mehdi Nemmouche, 33 ans, délinquant multirécidiviste devenu un soldat du jihad, devrait être condamné à la réclusion à perpétuité, prédisent les parties civiles, qui ont salué le verdict de culpabilité rendu jeudi soir.

“Le suspense est faible, entre la peine la plus forte et juste un petit peu en dessous éventuellement, mais je m’attends à des peines très sévères”, a dit Me Marc Libert, qui défend les proches des époux Riva, deux Israéliens assassinés au musée.

Lundi matin à la reprise de l’audience, la parole reviendra d’abord au parquet fédéral, qui rappellera que Mehdi Nemmouche et son co-accusé Nacer Bendrer, 30 ans, encourent tous deux la prison à vie.

Après un dernier mot des avocats de la défense, la cour partira à nouveau délibérer. Les peines devraient être prononcées au plus tard lundi soir, estime-t-on au parquet fédéral. Le verdict ne sera pas susceptible d’appel.

Jeudi, après deux jours et demi de délibérations, les 12 jurés et les trois magistrats professionnels ont estimé que Nemmouche et Bendrer étaient tous deux auteurs de la tuerie.

Le premier a été reconnu coupable d’avoir abattu de sang-froid, en moins d’une minute et demie, les époux Riva ainsi qu’un jeune employé belge et une bénévole française, le 24 mai 2014 au Musée juif.

Le second, un délinquant marseillais, a été désigné “co-auteur” de l’attaque antisémite pour avoir fourni les armes et les munitions. Une aide “indispensable” sans laquelle le quadruple assassinat n’aurait pu être commis, d’après l’arrêt de la cour. Les jurés sont allés au-delà de ce que réclamait l’accusation, qui voyait en Bendrer un “complice”.

– “Loup de la même meute” –

Le Marseillais clamait son innocence. Au procès, il a reconnu que Nemmouche lui avait demandé une Kalachnikov début avril 2014. Mais il a affirmé n’avoir pas donné suite. Sans convaincre les jurés.

Nacer Bendrer purge déjà une peine de prison en France. En septembre il avait été condamné à cinq ans d’emprisonnement pour une tentative d’extorsion de fonds à Marseille dans le milieu du narcobanditisme. L’appel doit être jugé le 29 mars.

Concernant Nemmouche, radicalisé en prison avant de rejoindre le groupe jihadiste Etat islamique (EI) en Syrie en 2013, la cour d’assises a “écarté” la thèse de sa défense, qui l’avait décrit comme la victime d’un “piège” tendu par de supposés agents des services iraniens ou libanais pour lui faire porter la responsabilité de la tuerie.

“La défense s’est bornée à énoncer un ensemble de déductions éparses sans jamais les approfondir”, stipule l’arrêt, en écho à la plaidoirie confuse de Me Sébastien Courtoy, avocat du jihadiste.

Le verdict de jeudi, qui retient les preuves de l’enquête accablant Nemmouche (ADN, empreintes sur les armes, vidéos de revendication etc.), est “une gifle pour la défense et toutes les théories négationnistes et complotistes”, a commenté Me Vincent Lurquin, représentant d’une partie civile.

Me Michèle Hirsch, pour les organisations juives de Belgique (CCOJB), a insisté sur l’importance du témoignage des deux journalistes otages en Syrie ayant reconnu en Nemmouche un de leurs geôliers.

Le récit de cette séquestration (qui fait l’objet d’une procédure distincte en France) a permis de montrer, selon l’avocate, que Nemmouche “n’était pas un loup solitaire” mais appartenait à “la même meute” que les auteurs des attentats de 2015-2016 revendiqués par l’EI.

Un exemple de ces liens est cité dans l’arrêt: le Belge Najim Laachraoui, mort en kamikaze à l’aéroport de Bruxelles le 22 mars 2016, après avoir été un artificier du 13 novembre, présentait à cette époque le Français comme “un frère” de combat, est-il noté.