Nabilla agacée : un employé la rappelle à l’ordre, elle s’exécute

0
113

Dimanche 29 mars 2020, Nabilla et son mari Thomas sont allés faire des courses dans un Dubaï confiné. Une sortie qui, comme en France, demande à ce qu’on s’équipe pour se protéger et protéger les autres. Mais voilà, la star et femme d’affaires en a déjà assez… et elle s’est fait rappeler à l’ordre.

À lire aussi

Au Carrefour de Dubaï, ça ne rigole pas. Les caddies sont désinfectés avant d’être utilisés et les clients n’ont pas le droit d’entrer dans le magasin s’ils ne portent pas de gants. Une belle initiative. Mais voilà, cette histoire de coronavirus et de confinement commence à agacer Nabilla comme elle l’a fait savoir sur son compte Snapchat.

Avant même de pénétrer dans la grande surface, Nabilla révèle que Thomas Vergara l’a “engueulée“, car elle ne respecte pas assez assidûment les gestes barrières : “Il commence à me saouler à me demander de me laver les mains toutes les deux secondes, c’est bon je ne suis pas une enfant (…) Je ne vais pas toute la journée mettre des gants et me laver les mains“, clame-t-elle. Et puis l’ambiance pesante commence à jouer sur le moral de la star. Elle explique : “Tout le monde a des masques, tout le monde se suspecte et se regarde en coin, j’en ai marre. (…) Une dame m’a dévisagée parce que je n’ai pas de masque. On dirait qu’on est contagieux...”

C’est avec le moral en berne et donc sans gant ni masque que Nabilla a voulu faire ses courses. Mais le personnel du magasin n’a pas vu cela d’un très bon oeil et l’a rappelée à l’ordre dès son arrivée : pas de shopping sans gants. “Même ici on me dit de les mettre. Mais je suis allergique ! Du coup, on en a donné en plastique et je vais mettre comme une bonne citoyenne, car je n’ai pas le droit de rentrer si je ne les mets pas“, a-t-elle expliqué.

Nabilla a donc fait un effort, mais elle a ensuite commis une erreur. Elle s’est touché le visage (plus précisément le coin de la bouche) avec son gant qui lui, a touché les produits. Un geste qu’il faut éviter.

Patient et amoureux, Thomas s’est plutôt amusé de la situation : “Le confinement commence à avoir Nabilla“, a-t-il conclu.