Nicolas Sarkozy et l’affaire du SMS à Cécilia : il dénonce un acte “honteux”

0
83

Tout en profitant de ses vacances en Corse avec son épouse et leur petite Giulia (8 ans), l’ancien président de la République a accordé un nouvel entretien au magazine Paris Match et son édition du 30 juillet 2020. En pleine tournée de promotion pour la sortie de sa nouvelle autobiographie Le Temps des tempêtes (éditions de L’Observatoire), Nicolas Sarkozy est notamment revenu sur les débuts de son histoire d’amour avec Carla Bruni, en 2007. Après douze ans de mariage, l’ex-chef de l’État se souvient des difficultés rencontrées après qu’il a officialisé cette romance depuis le palais de l’Élysée.

À lire aussi

Je n’oublierai jamais cet article honteux, paru dans Le Nouvel Observateur [en 2008], qui évoquait un SMS que j’aurais envoyé à Cécilia, alors que Carla et moi étions déjà ensemble. Tout était inventé, c’était destiné à faire du mal. Tout était bon pour m’abattre.” Nicolas Sarkozy fait ainsi référence au message “Si tu reviens, j’annule tout“, qu’il aurait envoyé à son ex-épouse une semaine avant son mariage avec Carla Bruni. SMS auquel, selon Le Nouvel Observateur, il n’avait jamais obtenu de réponse. “Quand j’ai annoncé : ‘Avec Carla, c’est du sérieux’, on a dit que c’était indécent. Mais avec le recul, l’était-ce davantage que tout ce que les Français ont pu voir par la suite sur le sujet ?

L’ancien président de 65 ans poursuit alors : “Je divorce en octobre 2007. Je rencontre Carla peu après. Nous rendons publique notre relation, nous annonçons notre mariage [célébré le 2 février 2008 dans le Salon vert du palais de l’Élysée]. Nous ne voulions pas d’une histoire cachée ni vulgaire. Dès lors que nous étions ensemble, nous n’avons pas cherché la publicité, nous avons voulu la vérité et celle-ci s’est imposée sans difficulté.”

Du côté de Carla Bruni, le début de cette histoire d’amour avec chef de l’État, entamée après un dîner chez Jacques Séguéla en 2007, n’a pas non plus été simple : “Les gens s’imaginent que, par ambition, on peut épouser un homme qui est président de la République, avait confié l’interprète et ex-mannequin de 52 ans, lors d’une interview accordée à France Culture en février 2019. Ils ne s’imaginent pas que, pour quelqu’un qui est artiste, ce n’est pas du tout commode et tout le monde n’a pas envie de pouvoir. (…) Tout ça était dissuasif pour moi. J’étais soulagée de partir de là-bas [l’Élysée, NDLR] avec lui.