Niels Arestrup papa de jumeaux en bas âge à 72 ans : “Ce n’est pas facile d’être disponible…”

0
9

Enfin son grand retour au cinéma ! Le 2 juin 2020, Niels Arestrup est à l’affiche de Villa Caprice, le nouveau thriller endiablé de Bernard Stora. Malgré ses cinquante ans de carrière, sur les planches comme au cinéma, le comédien a connu deux grandes nouveautés sur ce tournage : donner la réplique à Patrick Bruel himself et incarner un avocat, corps de métier qu’il n’avait jamais exploré. Largement de quoi faire la fierté de sa petite famille. Puisqu’il n’y a pas d’âge pour les premières fois, Niels Arestrup a épousé sa compagne Isabelle Le Nouvel en 2012 après dix ans de relation et a accueilli des jumeaux, un garçon et une fille dont on ignore les prénoms.

Ce n’est pas facile d’être disponible pour eux

Et pour cause ! Niels Arestrup est farouchement pudique dès qu’il s’agit de sa famille. Interrogé à propos de son personnage par le journal Le Parisien, il a toutefois fait le rapprochement entre la fiction et le réel. “Il a ce complexe courant du pouvoir et de la solitude, de la difficulté d’avoir une vie personnelle lorsqu’on a du pouvoir et une existence publique. Il n’y a qu’à se référer à nos illustres présidents de la République, rappelle-t-il. Même moi, je suis très soucieux de garder pour moi une vie privée, simple, compatible avec ma vie publique et professionnelle. Mais c’est compliqué, j’ai des enfants en bas âge, ce n’est pas facile d’être disponible pour eux alors que je pars souvent en tournée. J’imagine que, de leur point de vue, c’est aussi difficile.

Avoir un petit garçon et une petite fille à mon âge, c’est bouleversant

Il ne s’attendait peut-être pas à devoir jongler entre la famille et le travail. Devenu père pour la première fois à 63 ans – il en a aujourd’hui 72 -, Niels Arestrup a toujours mis la priorité sur sa femme et ses enfants, quitte à fuir quelques obligations mondaines qui lui importent peu. C’est ce qu’il expliquait déjà, en toute franchise, à Paris Match en 2014. “J’ai deux bébés, des vrais faux jumeaux. C’est une aventure de vie, expliquait l’acteur. Pour envisager d’avoir des enfants, il a fallu que je sois très amoureux, que j’arrive à un moment de mon existence où je suis enfin stabilisé. Avoir un petit garçon et une petite fille à mon âge, c’est bouleversant. Peut-être que plus jeune, ça fait moins d’effet, mais pour moi, c’est un truc sidérant.” En âge d’aller au cinéma, les enfants iront sans doute admirer papa, dès le 2 juin, dans Villa Caprice

Retrouvez l’interview de Niels Arestrup dans le journal Le Parisien du 2 juin 2021.