Paris Hilton abusée physiquement : les coups et les larmes de son adolescence

0
87

La vie de palace n’est pas toujours chose aisée. Le 14 septembre 2020, YouTube Originals dévoilera un documentaire exclusif intitulé This is Paris, dans lequel la belle héritière reviendra sur certains traumatismes d’enfance. Mais chanceux que nous sommes, elle a accepté d’en dire plus au magazine People. On sait donc que ce triste épisode remonte à l’année de ses 17 ans, dans les années 1990, quand ses parents ont choisi de l’inscrire dans un internat, la Provo Canyon School, située dans le Utah. Une décision prise pour son bien, pour l’éloigner des tentations de la grande ville… mais qui l’a marquée pour toujours.

À lire aussi

Quand elle a intégré les lieux, Paris Hilton a tout de suite senti que quelque chose clochait. “Je savais que ce serait pire que tous les autres établissements, se souvient-elle. C’était censé être une école, mais les cours n’étaient vraiment pas leur préoccupation principale. A partir du moment où je me réveillais, jusqu’à ce que je retourne au lit le soir, on me hurlait dessus. C’était une torture sans fin.” La jeune femme a été scolarisée à la Provo Canyon School pendant onze mois au total. Pendant ce temps, Rick et Kathy, ses parents, n’avaient aucune idée de ce qui était en train de se tramer dans leur dos. Complètement coupée du monde, leur fille ne pouvait communiquer avec eux que tous les deux ou trois mois.

Je crois que leur but, c’était de nous briser

Difficile de croire que Paris Hilton a tout inventé. Dans le fameux documentaire, deux de ses anciens camarades tiendront des propos très similaires aux siens, expliquant qu’on les attachait pour les punir et qu’on les forçait à prendre des médicaments. “Les gens qui travaillaient là-bas me disait des choses horribles, poursuit la compagne de Carter Reum. Ils faisaient toujours en sorte que je me sente mal, ils me harcelaient. Je crois que leur but, c’était de nous briser. Et ils abusaient physiquement de nous, ils nous frappaient, nous étranglaient. Ils faisaient régner la terreur pour qu’on ait trop peur de leur désobéir.”