Pas du cinéma ? Scorsese relance la querelle sur les films de super-héros

0
114

Les films de super-héros sont-ils des oeuvres de cinéma ou des produits de grande consommation calibrés de manière industrielle ? La nouvelle sortie de Martin Scorsese contre Marvel a relancé une polémique qui divise Hollywood, des professionnels jusqu’aux spectateurs.

Début octobre, le metteur en scène de 76 ans avait déjà mis les pieds dans le plat en affirmant lors d’une interview que les longs métrages Marvel n’étaient “pas du cinéma”.

Martin Scorsese a remis le couvert cette semaine dans un long éditorial publié par le New York Times. A ses yeux, les grosses productions de l’univers Marvel manquent des éléments qui font tout “l’art” d’un film: “la révélation, le mystère ou le vrai danger émotionnel. Il n’y a pas de prise de risque”.

Les films Marvel, qui ont récolté plus de 22 milliards de dollars dans le monde depuis la sortie d'”Iron Man” en 2008, sont “calibrés, testés, modifiés, remaniés de nouveau jusqu’à être prêts à consommer”, déplore le réalisateur de “Taxi Driver” et des “Affranchis”.

“Ils sont dépourvus de quelque chose qui est essentiel pour le cinéma: la vision individuelle d’un artiste”, analyse Martin Scorsese.

D’autres professionnels de renom, comme Francis Ford Coppola, Ken Loach et Fernando Meirelles, ont joint leur voix à celle de Scorsese. Francis Ford Coppola a même osé qualifier la franchise Marvel de “méprisable”.

Des critiques de cinéma se sont aussi rangés à leurs côtés, mais ces attaques sont loin d’avoir convaincu tous les professionnels du secteur. Certains à Hollywood se demandent d’ailleurs comment Scorsese peut prétendre définir à lui seul les critères artistiques d’un film, d’autant qu’il a lui-même reconnu qu’il ne regardait pas les films Marvel, même s’il avait “essayé”.

“Vous ne pouvez pas balayer d’un revers de main tout un genre de cinéma sans en voir les films”, réagit pour l’AFP Tom Nunan, producteur oscarisé et enseignant à l’université UCLA à Los Angeles.

“Les gens s’alarment toujours lorsqu’un changement survient et que ça les met mal à l’aise”, estime-t-il, renvoyant à ce qui s’était produit dans les années 1970 avec la réussite spectaculaire de “Les Dents de la mer” et de “Star Wars”.

Pourtant, “personne n’a jamais eu le culot de qualifier de +non-cinématographiques+ ces films à succès”, relève M. Nunan.

– Querelle des Anciens et des Modernes –

Pour le patron de Disney, numéro un mondial du divertissement qui a racheté Marvel en 2009, les commentaires de Martin Scorsese sur la franchise sont “des plus irrespectueux envers tous les gens qui ont travaillé sur ces films”. “Quelqu’un qui aurait vu un film Marvel ne pourrait pas honnêtement dire cela”, a déclaré Bob Iger sur la BBC.

“Il n’y a pas une seule façon de faire de l’art”, a lancé de son côté l’actrice Natalie Portman, qui a joué dans les films Marvel consacrés à Thor.

Ces mises au point respectueuses ne sont rien en comparaison de la furie qui s’est emparée des milliers de passionnés de films Marvel ayant pris d’assaut les réseaux sociaux pour venger leurs super-héros préférés, brocardant à longueur de tweets Martin Scorsese comme un affreux élitiste arrogant.

“C’est une réaction épidermique de la vieille garde d’Hollywood”, résume pour sa part Gene Del Vecchio, professeur à l’Université de Californie du Sud (USC), estimant que “les cinéastes actuels ont changé l’art”, assure-t-il.

Pour M. Del Vecchio, les goûts des spectateurs se sont beaucoup élargis, intégrant des genres comme la science-fiction ou le fantastique, tandis que parallèlement “l’establishment” d’Hollywood se repliait sur lui-même.

“Les artistes à l’ancienne n’acceptent pas ces nouveaux genres car ils sont habitués à une définition de l’art bien plus restrictive”, dit-il à l’AFP.

Les déclarations de Scorsese sur la défense du cinéma font tousser certains qui pointent le laps de temps très court entre la sortie en salles de son nouveau film, “The Irishman” et sa diffusion sur Netflix.

“Quand est-il devenu le dieu du cinéma ? Il fait affaire avec cette même entreprise qui est accusée de détruire le cinéma”, a lancé Tom Nunan.

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.