Patrick Sébastien viré de France 2 par sa faute ? Ce refus qui a tout changé

0
72

L’éviction de Patrick Sébastien de France Télévisions continue de faire couler beaucoup d’encre, et plus récemment dans la version française du magazine américain Forbes, à paraître vendredi 2 octobre 2020. Dans ses pages, Delphine Ernotte, la directrice de la société nationale, y est invitée à revenir sur le sujet pour la première fois. Nos confrères de Culture Médias (Europe 1) ont pu mettre la main sur une partie de cet entretien et en ont fait part ce jeudi sur leurs antennes.

À lire aussi

On y apprend qu’aux yeux de Delphine Ernotte, Patrick Sébastien ne devrait son départ et l’arrêt du Plus Grand Cabaret du monde qu’à lui-même. En effet, les tensions seraient apparues après des débats houleux sur l’avenir de l’émission emblématique, diffusée sur France 2 de 1998 à 2019. “L’émission, qui était formidable par certains côtés, vieillissait un peu, juge la grande patronne. Pas tant les numéros qui étaient présentés que ce qui se passait autour. L’audience baissait fortement. On a donc demandé à Patrick Sébastien d’évoluer, de moderniser le concept, mais il a décliné.”

Face à son manque de coopération et à son refus d’apporter quelques touches de modernité au programme, Delphine Ernotte aurait alors pris la lourde décision de se séparer de son animateur. Une décision qu’elle aurait toutefois préféré éviter de prendre. “Patrick Sébastien est très doué, c’est un grand animateur, il sait repérer des talents incroyables. J’aurais sincèrement préféré qu’il nous dise : ‘OK, je comprends, on bosse.” On l’aurait toujours à l’antenne.” Elle mise désormais sur un nouveau divertissement le samedi soir, cette fois porté par Jean-Marc Généreux et intitulé Spectaculaire.

Du côté de Patrick Sébastien, quitter France Télévisions n’a pas été une mince affaire. Très peiné, l’animateur s’est longtemps plaint à travers les médias avant d’attaquer en justice son ancienne maison, lui réclamant 5 millions d’euros pour ne pas avoir renouvelé son contrat à la rentrée…