Pierre et Fred (L’amour est dans le pré), leur fils diagnostiqué HPI : les conséquences sur leur quotidien

0
23

C’est dans la saison 7 de se sont mariés. Ils ont même eu un petit garçon il y a huit ans prénommé Gabriel. Interrogé par Télé Loisirs dans le cadre du Podcast Parents d’abord, le couple a fait des révélations sur leur fils.

Comme tous les parents, Pierre et Frédérique sont on ne peut plus fiers de leur merveille. Un petit garçon “très tendre“, qui a “un grand sens de l’équité” et qui est très sensible comme ses parents. Et il y a quelques années, alors qu’il était en petite section de maternelle, Gabriel a été diagnostiqué Haut Potentiel Intellectuel (HPI). “Il avait un moment de blues et de cafard. Il était à ce moment-là avec une institutrice remplaçante dans sa classe et on en a parlé avec elle. On trouvait qu’il était un peu moins enthousiaste. Elle nous a alors parlé de HPI“, a expliqué l’agriculteur à Télé Loisirs. Sa femme et lui n’y connaissaient rien mais, heureusement, la maîtresse leur a indiqué un psy à aller consulter.

Il a un QI de 147

S’ils ne savaient pas que Gabriel était HPI, Frédérique a précisé que son époux et elle s’étaient rendus compte qu’il “avait des facilités. En plus de faire des puzzles compliqués, il “s’intéressait à des documentaires et des choses qui n’étaient pas de son âge“. Ils se sont donc rendus chez le psychologue et ont ainsi pu apprendre, depuis, beaucoup de choses sur le sujet. Cela leur a permis d’expliquer au petit garçon ce qu’il se passait. “On lui a fait passer un test, il a un QI de 147, c’est même au-dessus du premier palier de précocité. On lui a dit qu’il était différent, qu’il était né comme ça, qu’il avait le droit d’être comme ça“, a-t-elle poursuivi.

Ses parents lui ont expliqué qu’il croiserait la route de personnes qui ne comprendraient pas son HPI, mais qu’il ne devait pas changer pour autant. “Nous serons toujours là pour l’épauler, expliquer cela aux enseignants, directeurs et amis, être très à l’écoute“, a précisé Frédérique. Pierre et elle ont tout de même choisi son futur collège en fonction de sa “sensibilité“. “Un peu harcelé surtout au collège et au lycée“, l’agriculteur ne souhaitait pas que son fils souffre comme lui à l’époque. Ce qui le rassure un peu avec Fred, c’est qu’il est entouré d’amis qu’il connait depuis environ sept ans. Et leur enfant sait qu’ils seront à son écoute. “Il ne faut pas faire de ces enfants HPI des martyrs mais il faut traiter cette différence au même titre que l’ont traiterait un enfant avec un handicap. Il faut accepter cette différence“, a-t-il conclu.