Pierre-Jean Chalençon ne lâche pas son ami qui a dépecé une femme

0
128

C’est une nouvelle qui a fait l’effet d’une bombe. Oleg Sokolov a été arrêté pour un meurtre épouvantable. Le 8 novembre dernier, ce professeur à l’Institut des sciences sociales, économiques et politiques (l’Issep), à Lyon, se trouvait en état d’ébriété aux abords de la rivière Moïka en Russie lorsqu’il a été aperçu en train de jeter des sacs dans l’eau. Des sacs dans lesquels se trouvaient des morceaux de corps appartenant à une de ses étudiantes, Anastasia Echchenko, 24 ans. Face aux policiers, l’homme a rapidement avoué l’avoir tuée, puis dépecée, avant de la découper en morceaux.

À lire aussi

Une histoire sordide qui est remontée aux oreilles de Pierre-Jean Chalençon. Et pour cause, la vedette d’Affaire conclue est un ami de longue date d’Oleg Sokolov. Sur Twitter, il s’est d’ailleurs dit “effondré”. Plus tard dans la journée, il a été contacté par Jean-Marc Morandini qui consacrait son émission Crimes et faits divers à cette affaire. “Quand j’ai appris la nouvelle samedi, j’en ai même pleuré parce que j’ai trouvé ça terrible. Ça m’a bouleversé, parce qu’Oleg est une personne très agréable. Jamais je n’aurais imaginé qu’il puisse être capable de faire ça. C’est étonnant“, a-t-il fait savoir, soulignant malgré tout “les problèmes avec les femmes” que rencontrait son ami.

Sans parler de ses “accès de folie de temps à autre”. Un tempérament de feu qui a même abouti à la mort d’un cheval. “Il faisait des reconstitutions historiques depuis une vingtaine d’années. (…) Une fois, il avait tellement maltraité un cheval qu’il en est mort. Il lui avait donné des coups. Il avait ce côté slave.” Pourtant, Pierre-Jean Chalençon ne parvient toujours pas à comprendre ce qui a poussé Oleg Sokolov à commettre un tel crime. “Il pouvait être très doux, très délicat. Quand il avait un accès de colère ou d’alcool, il pouvait être assez tempétueux. Mais de là à tuer quelqu’un, c’est absolument invraisemblable.”

D’ailleurs, le complice de Sophie Davant ne compte pas se désolidariser de l’historien. “Je pense qu’il y a dû y avoir un accident. Oleg est toujours mon ami. Dès que j’aurai des nouvelles un peu plus sérieuses, j’essayerai de me rendre à son procès. Je ne comprends pas. Ce n’est pas possible qu’il ait fait ça ! (…) On est très très proche, avec Oleg, on a dîné des dizaines de fois ensemble, on a passé des moments ensemble en vacances, on a beaucoup d’amis en commun. Toutes les personnes à qui j’en ai parlé ce week-end ont été sidérées. Je pense qu’il a ingurgité des masses d’alcool. Peut-être qu’il avait des problèmes de santé depuis quelque temps. Il était un peu schizophrène.