Pierre-Louis (Pékin Express 2021) très malade lors du tournage : ses confidences sans fie (EXCLU)

0
12

Fin d’aventure pour Pierre-Louis et Arnaud. Les deux candidats ont été éliminés à l’issue de l’épisode de Pékin Express 2021 du 12 avril. Interrogés par Purepeople, ils sont revenus sur leur aventure hors du commun.

Lors de la 8e étape, vous avez eu une merveilleuse épreuve de dégustation. Y a-t-il eu des vomis non vus à la télévision ou tout le monde a réussi sans faillir ?

Arnaud : Je crois que tout le monde a réussi. Il y a juste Cinzia qui a eu beaucoup de mal.
Pierre-Louis : Elle a tout pris dans sa main et elle a dû le remanger. J’ai tout vu, c’était dégoûtant. Cette épreuve était horrible. C’était bourratif et ça ne donnait pas envie.
Arnaud : On a eu un piment entre-temps et au lieu de l’avaler d’un coup je l’ai croqué. Donc j’avais la bouche en feu. Mais ça a peut-être atténué le goût des testicules de moutons.

Lors de la 2e course Arnaud, vous laissez Christophe et Claire négocier avec la voiture que vous avez arrêtée. Pourquoi ?

Arnaud : Pierre-Louis était sur une autre voiture et il m’a dit de venir. On n’avait pas le droit d’être sur deux voitures à la fois donc je l’ai rejoint. Mais cette erreur nous a coûté cher parce qu’ils ont eu le drapeau rouge.

Ils vous ont en effet immobilisés une fois le drapeau rouge entre leurs mains. Leur en avez-vous voulu ?

Pierre-Louis : On n’en a voulu à personne. On s’en est juste voulu de ne pas avoir pris leur voiture. On pensait que le drapeau rouge serait un peu en retrait de la route, mais là il était au bord. Malgré notre sprint, Claire l’a eu.
Arnaud : Et moi je me suis pris la portière de la voiture.

Pierre Louis, vous avez fini la mission du duel en premier mais, malheureusement, votre chauffeur vous a fait perdre de précieuses minutes en vous déposant avant l’arrivée. Qu’avez-vous ressenti en comprenant que c’était la fin de l’aventure ?

Pierre-Louis : On avait moins de regrets que lors de l’épisode 6 où on pensait être éliminés avant de revenir en tant qu’équipe cachée. On se disait qu’on avait la chance d’être là à la place de Jonathan et Aurore alors qu’on le méritait moins qu’eux. On s’est dit que c’était le destin. Mais on était quand même déçus, ça c’est sûr.

L’étape en Turquie a-t-elle été moins compliquée qu’en Grèce ?

Arnaud : C’est vrai que ça a été moins compliqué. Les Turcs nous ont pris plus facilement en stop. Mais on avait le droit à deux personnes par voiture alors qu’en Grèce, c’était une voiture et pas plus. Ça nous a sans doute aidé.

Comment vous a-t-on annoncé l’accident de Jonathan et Aurore ?

Pierre-Louis : On nous a tous réunis sur le plateau et on s’est douté que quelque chose n’allait pas parce qu’on ne voyait pas Jonathan et Aurore. On a compris qu’on allait être repêché à leur place et on était gêné. C’est compliqué d’être repêché comme ça. C’était notre binôme préféré en plus, on voulait aller en finale avec eux.

Aviez-vous peur que cela vous arrive également ?

Arnaud : Non parce qu’on s’est dit qu’un accident pouvait arriver tous les jours, à n’importe quel moment.
Pierre-Louis : Avec la Covid, on ne pensait même pas qu’un accident pouvait arriver. On pensait surtout aux restrictions.

On sait qu’Aurore a eu une tourista sévère. Etes-vous également tombés malades lors de l’aventure ?

Arnaud : Incroyable mais vrai. Avec la carrure qu’on a, on mange beaucoup. Et d’habitude je suis le premier à prendre mais là, pendant cette aventure, je crois que je suis le seul à ne pas être tombé malade. Par contre Pierre-Louis, c’était plus compliqué. On devait prendre l’avion pour aller dans le nord de l’Ethiopie mais à cause d’une tempête de sable, il n’a pas pu décoller. Donc on a fait vingt heures de bus et à mi-route, on a dormi dans un hôtel et à cause du buffet, Pierre-Louis a pris très cher.
Pierre-Louis : Effectivement j’ai eu des problèmes de transit. C’était de l’eau, je ne mangeais pas… La totale.
Arnaud : Il était tout blanc et il n’a pas fait pipi pendant deux jours. Tout sortait par derrière (rires). En vingt-cinq ans je ne l’ai jamais vu comme ça.
Pierre-Louis : Ce soir-là j’ai compté, je suis allé aux toilettes 18 fois. Je n’ai pas eu de perfusion mais si la course avait repris, je pense que j’aurais été perfusé comme Aurore.

Contenu exclusif ne pouvant être repris sans la mention de Purepeople.com.