Connectex avec nous

Pourquoi les enfants sont infatigables ? La science répond

Pure Santé

Pourquoi les enfants sont infatigables ? La science répond

Une équipe de recherche franco-australienne a déterminé que les enfants avaient les mêmes capacités physiques qu’un athlète adulte très endurant. Ces prouesses sont réalisables grâce au fonctionnement de leurs muscles, et leur capacité de récupération.

Courir, sauter, nager… Puis encore courir. Mais comment font-ils ? Des chercheurs de l’Université Clermont-Auvergne (France) et de l’Université Edith-Cowan (Australie) se sont penchés sur la fatigabilité et la récupération des enfants lors d’un effort intense à vélo. Les résultats, publiés dans la revue Frontiers in Psychology, montrent qu’ils obtiennent des résultats similaires à ceux d’athlètes à l’endurance très développée.

Un métabolisme diminuant la fatigue musculaire

L’organisme peut fournir de l’énergie à nos muscles de deux manières différentes : sans apport d’oxygène (anaérobie), ou avec oxygène (aérobie). Sans oxygène, il va alors produire une grande quantité d’énergie très rapidement, mais va se fatiguer très vite. C’est ce que l’on observe lorsqu’un sportif fait un sprint par exemple. Avec de l’oxygène, l’organisme produira moins d’énergie, mais va pouvoir tenir bien plus longtemps, comme lors d’un marathon.

Il semblerait que les enfants utilisent différemment ces deux filières énergétiques. Plus d’aérobie pour tenir plus longtemps, et donc moins d’anaérobie favorisant la fatigue. La structure de leur muscle serait également un avantage puisqu’ils possèdent plus de fibres musculaires à contraction lente, là encore plus résistantes à la fatigue.

Après un effort, les enfants récupèrent plus vite

Pour l’expérience, 12 enfants (10,5 ans d’âge moyen), 12 jeunes adultes non entraînés (21,2 ans), et 13 athlètes masculins endurants (21,5 ans), ont effectué deux tests sur un vélo stationnaire. Le premier test servait à déterminer leur capacité aérobie maximale, en augmentant régulièrement la puissance du vélo, jusqu’à ce que le volontaire s’épuise. Pour le deuxième test, les chercheurs leur ont demandé de sprinter pendant 30 secondes afin d’évaluer leur fatigue et leur récupération.

Il a été observé que les enfants et les athlètes produisaient plus d’énergie par la filière aérobie que les adultes non entraînés, et leurs niveaux de fatigue après le sprint étaient également similaires et inférieurs à celui du 3e groupe. Plus étonnant encore, la capacité de récupération des enfants était supérieure à celle des deux autres groupes, qu’ils soient sportifs ou non. Ces résultats pourraient expliquer pourquoi les enfants sont capables d’enchaîner les activités, là où les adultes sont épuisés au bout de la première.

Plus dans Pure Santé

Haut