Connect with us

Pourquoi les midterms pourraient changer la politique américaine

Dépêche

Pourquoi les midterms pourraient changer la politique américaine

Avec un nombre record de candidates et candidats noirs, amérindiens ou issus de la communauté LGBT, les élections américaines de mi-mandat qui se déroulent ce mardi pourraient conduire à de nombreuses situations inédites aux Etats-Unis, et changer la politique américaine.

Alors que les bureaux de vote ont ouvert depuis quelques heures ce mardi aux Etats-Unis pour les élections de mi-mandat, une seule certitude: ces scrutins législatifs, à la fois nationaux et locaux, seront cruciaux. Reste à savoir quelle sera l’intensité du séisme qui s’annonce. Deux ans après l’arrivée au pouvoir de Donald Trump, les midterms seront déterminantes pour la fin de mandat du président, et pourraient localement changer la politique américaine. Avec un nombre records de candidates, parmi lesquelles des prétendantes noires, hispaniques ou issues de la communauté LGBT, ces élections pourraient donner lieu à un certain nombre de grandes premières.

  • La plus jeune élue au Congrès?

Parmi les novices en lice, plusieurs femmes secouent le champ politique et tiennent le haut de l’affiche. Alexandria Ocasio-Cortez, âgée de 29 ans, pourrait devenir la plus jeune élue de l’histoire du Congrès, alors qu’elle est donnée gagnante dans la 14e circonscription de l’Etat de New York, après avoir remporté la primaire démocrate en juin dernier, à la surprise de tous. Elle a battu Joseph Crowley, un vétéran de la politique, élu démocrate depuis 19 ans dont personne n’avait prédit la défaite. Dans cet Etat traditionnellement démocrate, cette diplômée de l’université de Boston qui travaillait comme serveuse après son diplôme doit affronter ce mardi le républicain Anthony Pappas.

  • La première gouverneure noire de Géorgie?

Elle a reçu pendant la campagne le soutien de Barack Obama, monté sur scène avec elle lors d’un meeting. Stacey Abrams est déjà l’une des grandes figures de ces élections. Fille de pasteurs venus du Mississippi, âgée de 44 ans et auteure de plusieurs romans, elle pourrait devenir la première gouverneure noire de tout le pays. Elle brigue le poste en Géorgie où, pour la première fois, si elle l’emporte, le gouverneur ne serait pas un homme blanc.

Elle affronte ce mardi le républicain Brian Kremp, avec qui elle est au coude-à-coude dans les sondages, et est d’ores et déjà la première femme noire candidate choisie par un parti pour le poste de gouverneur. Comme le souligne CNN, d’autres candidats pourraient devenir les premiers gouverneurs noirs du pays: Ben Jealous, qui affronte dans le Maryland le républicain Larry Hogan, mais aussi Andrew Gillum, qui fait face au républicain Ron DeSantis en Floride.

  • La première gouverneure transgenre aux Etats-Unis?

Comme Stacey Abrams, Christine Hallquist est déjà entrée dans l’histoire, avant même que l’élection ait lieu. Elle est la première candidate transgenre investie par un parti pour le poste de gouverneur. Dans le Vermont, lors de la primaire démocrate, elle s’est imposée à 62 ans face à trois candidats, avec 48% des voix. Dans cet Etat qui bénéficie déjà d’une des plus solides politiques en faveur des personnes LGBTQI, cette ancienne cheffe d’entreprise qui a démissionné pour se présenter au Congrès entend poursuivre le combat, et affronte le républicain sortant Phil Scott.

Dans le Colorado, le démocrate Jared Polis deviendra en cas de victoire le premier gouverneur ouvertement gay du pays, à 43 ans. Au Texas, Lupe Valdez, 71 ans, première femme hispanique à avoir été shérif à Dallas, espère maintenant devenir la première gouverneure de l’Etat hispanique et ouvertement lesbienne. Le Sénat américain pourrait également compter prochainement sa première élue ouvertement bisexuelle, si la démocrate Kyrsten Sinema l’emporte dans le neuvième district de l’Arizona.

  • Une première femme musulmane au Congrès?

Parmi les autres candidates susceptibles d’apporter plus de diversité au paysage politique américain, Rashida Tlaib pourrait devenir la première membre du Congrès musulmane. Fille d’immigrés palestiniens, âgée de 42 ans, elle n’a pas d’opposant républicain et a donc de grandes chances de l’emporter dans son district du Michigan. Ilhan Omar, quant à elle, pourrait devenir la première membre du Congrès musulmane et d’origine somalienne. Agée de 36 ans et réfugiée somalienne, elle se présente dans le cinquième district du Minnesota, qui n’a pas élu de républicain au Congrès depuis 1962.

  • Une première représentante amérindienne au Congrès?

Enfin, deux candidates amérindiennes se sont distinguées pendant la campagne: Deb Haalan et Sharice Davids, qui seraient en cas de victoire la ou les premières femmes amérindiennes membres du Congrès. Deb Haalan, mère célibataire âgée de 57 ans, est à la tête du Caucus démocrate amérindien du Nouveau-Mexique, où elle se présente dans le premier district. Engagée politiquement depuis 2004, elle a travaillé notamment pour la candidature présidentielle de John Kerry.

Sharice Davids, quant à elle, tente de l’emporter dans le troisième district du Kansas. Avocate et ancienne combattante de MMA, elle a été stagiaire à la Maison Blanche sous la présidence de Barack Obama avant d’être engagée par l’ancien vice-président, Joe Biden. 

Continue Reading
You may also like...
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

More in Dépêche

To Top