Connectex avec nous

Présidentielle: les Tchèques choisissent entre un pro-russe et un pro-européen

Pure Info

Présidentielle: les Tchèques choisissent entre un pro-russe et un pro-européen

Les électeurs tchèques ont commencé à voter vendredi pour le second tour d’une présidentielle qui s’annonce serrée opposant le chef de l’Etat sortant, le prorusse Milos Zeman, au pro-européen Jiri Drahos.

Le scrutin, prévu sur deux jours, a révélé les fractures de la société tchèque, notamment autour de la question de l’immigration, et oppose deux candidats aux personnalités radicalement différentes.

“Je veux que quelque chose change dans cet Etat. Je ne veux pas avoir honte de mon président, pour ses manières”, a affirmé à l’AFP Tomas Neuber, étudiant d’une école secondaire d’électrotechnique rencontré dans un bureau de vote dans la capitale.

“Je pense qu’il va ?uvrer en vue de réconcilier la société et non de la diviser comme le fait le +camarade+ Zeman. Jiri Drahos s’oriente vers l’Europe et l’Occident et non vers l’Est comme le +camarade+ Zeman”, a renchéri Lubos Horcic, spécialiste de matériel audio.

Frantisek Rusicka, retraité, mettait lui en avant le professionnalisme du président sortant. “Je suis juriste. Vous voudriez que je sois chef d’une clinique d’ophtalmologie? Tout le monde serait aveugle en moins d’une semaine. Le président doit être homme politique professionnel. Milos Zeman a toujours été ferme dans ses opinions”, a-t-il expliqué.

Pour Daniel Hajek, ouvrier dans l’industrie aéronautique, Milos Zeman “ouvre la porte à la coopération économique avec des pays tels que la Russie ou la Chine, c’est important pour nous, pour l’emploi”.

– “Pitbull politique” –

Pour le grand quotidien pragois Lidove Noviny, le second tour de la présidentielle oppose un “pitbull politique” à un “académicien décent”.

M. Drahos était initialement donné favori à l’issue du premier tour les 12 et 13 janvier, du fait que la plupart des sept autres candidats lui ont apporté leur soutien.

A la veille du second tour, la balance penchait toutefois du côté du président sortant.

Vendredi matin, au terme d’une campagne tendue et ponctuée d’un grand nombre de fausses informations, les principales agences de paris tablaient sur une victoire de M. Zeman, avec la cote autour de 1,6, contre 2,4 pour son adversaire.

M. Zeman s’est montré particulièrement à l’aise lors du premier des deux débats télévisés de l’entre-deux-tours. Le second et ultime duel, diffusé jeudi soir par la télévision publique, était sensiblement plus équilibré.

Les relations de la République tchèque, membre de l’Otan depuis 1999 et de l’UE depuis 2004, avec la Russie ont largement occupé ce débat, suivi par 2,6 millions de téléspectateurs, soit par un Tchèque sur quatre.

“La Russie ne représente pas un risque sécuritaire pour la République tchèque”, a insisté le président sortant, fidèle à son discours pro-russe qu’il explique notamment par les intérêts économiques de son pays.

“Bien sûr que si”, a rétorqué M. Drahos. “La doctrine militaire russe qualifie l’Otan de son principal ennemi et nous sommes membres de l’Otan. Il n’y a aucun doute que les services secrets russes développent des activités chez nous”.

Dans un pays majoritairement opposé à l’accueil des migrants, M. Zeman – souvent taxé de populiste – n’a manqué aucune occasion durant la campagne pour attaquer son rival sur ce thème.

Dans tout le pays, les affiches de campagne du président sortant reprennent ce thème, en proclamant “Halte aux immigrants et à Drahos. Ce pays est à nous! Votez Zeman!”.

Les bureaux de vote ont ouvert vendredi à 13H00 GMT pour fermer à 21H00 GMT. Samedi, ils fonctionneront entre 07H00 et 13H00 GMT. Le résultat sera connu samedi dans l’après-midi.

© 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.

Plus dans Pure Info

Haut
%d blogueurs aiment cette page :