Pyrénées: une première ourse relâchée

0
371

Les opposants l’auront ratée. L’une des ourses slovènes dont la rumeur voulait qu’elles soient lâchées très prochainement en Béarn, a joué jeudi matin les filles de l’air. C’est à l’intérieur d’une caisse héliportée, qu’elle a été transportée sur le lieu de son lâcher, peu après 9 heures, précise le site du journal Sud Ouest. Et selon nos informations, le lâcher d’une deuxième femelle serait imminent.

Aux abords de Sarrance, des barrages routiers avaient été édifiés pour s’opposer à la venue des ursidés. “Tant qu’on n’a pas vu le préfet et qu’on ne sait pas où sont les ours, on ne bougera pas”, insistait auprès de Sud Ouest un membre de la fédération transpyrénéenne des éleveurs de montagne à 23 heures. Mais l’animal sera donc passé par-dessus les anti-ours.  

Une réintroduction annoncée depuis 15 jours

“J’ai décidé de donner le feu vert à la réintroduction de deux ourses femelles dans les Pyrénées-Atlantiques”, avait déclaré le 20 septembre le ministre devant la presse à l’issue d’une réunion, chahutée, en préfecture avec une soixantaine d’élus et acteurs locaux.

Le successeur de Nicolas Hulot avait annoncé en fin de matinée sa décision à une soixantaine d’élus dont une large partie, en apprenant la nouvelle, a claqué la porte de la réunion. “A quoi bon discuter puisque la décision est déjà prise. Nous sommes sortis”, a lancé Etienne Serna, maire d’Aramits, dans les Pyrénées-Atlantiques, et porte-parole d’un collectif de maires locaux anti-ours.

Les éleveurs et bergers ont fait comprendre lors de cette manifestation qu’ils utiliseraient tous les moyens à leur portée pour “enlever” “les prédateurs”. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.