Quel avenir pour les casinos virtuels français ? Notre analyse en 2022

0
114
Online poker playing with laptop with chips and wooden background
Online poker playing with laptop with chips and wooden background

Les jeux de hasard et d’argent en ligne génèrent des recettes faramineuses à travers le monde. Rien qu’en France, on parle de plusieurs centaines de millions d’euros au bas mot. Bien que ce soit (en partie) une bonne chose pour l’économie du pays, ce secteur a parfois tendance à déclencher des problèmes sociétaux de premier plan. Par conséquent, l’État doit parfois endosser la casquette de régulateur. Alors, est-ce le début de la fin du casino virtuel ? On vous dit tout !

Quelques statistiques récentes sur les casinos français en ligne 

En mai 2010, la France a pris une décision forte : ouvrir le marché des jeux de hasard et d’argent virtuels à la concurrence, à l’instar de betFIRST roulette en ligne.

Dans les faits, deux raisons principales ont motivé cette action :

  1. La plupart des sites recensés fonctionnaient dans l’illégalité. Grâce à cette loi, le gouvernement a pu réguler ce secteur ;
  2. La pression exercée par le marché français a permis de formaliser l’offre en la matière. Désormais, il est acté que les jeux de hasard et d’argent en ligne concernent trois domaines précis (les paris sportifs, le poker et les paris hippiques/courses de chevaux).

Quelques années plus tard, les statistiques suivantes ont été établies :

  • Près de 1 700 000 comptes utilisateurs étaient actifs en 2012 ;
  • Les personnes de sexe féminin ne représentaient qu’un tiers des joueurs recensés ;
  • Environ 78 % des joueurs possédaient au moins un diplôme supérieur et avaient des revenus assez élevés ;
  • Les jeux virtuels ont généré 1,7 milliard d’euros en 2019, soit 272 millions d’euros pour le poker en ligne.

État des lieux d’une filière pas comme les autres

Dans de nombreux pays, les jeux liés au hasard et à l’argent ont été interdits notamment pour les raisons suivantes :

  • Le risque d’addiction : Certains joueurs ont été capables de miser leur patrimoine sur des jeux, avec à la clé, une faillite personnelle ;
  • Le blanchiment d’argent : Souvent, les revenus issus des marchés illicites étaient réintroduits au sein de cette économie.

Toutefois, l’État français a fini par lâcher du lest. C’est cet assouplissement qui est à l’origine de la légalisation sur les jeux virtuels. En revanche, la restriction a été maintenue pour les casinos en ligne ! Ces derniers ont des plateformes accessibles en France, mais il faut rappeler qu’elles sont officiellement basées ailleurs (Chypre, Gibraltar, Îles Caïmans…). Le point commun de ces zones géographiques ? Une législation très souple en matière de jeu de hasard et d’argent.

D’un autre côté, le lobbying exercé par les partisans du casino virtuel gagne en intensité. Les sites Web sont prêts à être lancés et les joueurs ne désirent qu’une chose : tester les roulettes et les cartes numériques ! Malheureusement, l’organe de régulation des jeux en ligne peine toujours à contrôler ce secteur économique sensible, d’où ce statu quo.

Autre argument énoncé en défaveur de ce type de jeu : les propriétaires des casinos physiques y verraient un manque à gagner. Que nenni ! Le marché est assez ouvert, chacun trouvera son compte. Les uns préfèrent le jeu en présentiel, et les autres refusent de bouger de leur canapé.

Certes, il y a encore du boulot avant d’atteindre la perfection en matière de jeu de hasard et d’argent en ligne. Mais la pression des pro-casinos virtuels est si forte que le gouvernement pourrait prochainement céder et légaliser les casinos virtuels en France.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.