Raphaele (Koh-Lanta) enceinte un an après la mort de son bébé : “C’était la stupéfaction” (EXCLU)

0
173

En juin 2019, Raphaele, aventurière de Koh-Lanta en 2009 et 2018, annonçait avoir perdu son bébé à 7 mois de grossesse. Aujourd’hui, la jolie brune originaire du Sud est de nouveau enceinte et s’apprête à donner naissance à une merveilleuse petite fille, fruit de ses amours avec son mari Swan. Un heureux événement voulu, mais pas spécialement prévu, comme elle le raconte lors d’une interview exclusive accordée à Purepeople.com.

À lire aussi

Raphaele de nouveau enceinte, une “très bonne surprise”

Un an après avoir perdu votre bébé, vous êtes de nouveau enceinte. Cette grossesse était-elle prévue ?
Les choses ont fait qu’au début de la période de Covid-19, j’ai fait un test de grossesse – j’en fais tous les mois pour bien vérifier que je ne suis pas enceinte. Et là, il était positif. Ça a été un peu la grosse surprise. Il y a des fois où on s’y attend parce qu’on fait tout pour, et là, on ne s’y attendait pas du tout. C’est la stupéfaction qui a presque pris le dessus sur la joie de me savoir enceinte. Il y a eu énormément de questions qui se sont posées à ce moment-là. Il y a eu forcément un peu d’angoisse mélangée à la joie. On n’était pas sûr que je puisse retomber enceinte, ce n’est pas mathématique. Quand on passe par des moments compliqués, on sait que le côté psychologique joue beaucoup. J’ai eu 40 ans aussi, la machine n’est peut-être pas aussi bien rodée qu’à 30 ans ! Ce n’était pas une grossesse prévue à ce moment précis, mais une grossesse désirée quand même. On s’était dit peut-être fin 2020, quand on le sentira… Ça a été une très bonne surprise. Et puis le corps est d’accord, il n’y a pas eu de blocage de ce côté-là.

Comment vivez-vous cette grossesse ?
Forcément, c’est du bonheur. Ce n’était pas prévu que ça arrive aussi rapidement. On s’était plongé dans le projet maison, on essayait de s’occuper pour essayer de penser à autre chose, car perdre un bébé à 7 mois de grossesse, c’est quelque chose de marquant. Voilà, je suis enceinte. Au moins, on ne va pas se poser la question de savoir quand est-ce qu’on relance ça, ou est-ce qu’on décide de relancer ou pas. On est resté très prudent, surtout pendant la période de confinement. Pour le moment, tout se passe bien. On la vit bien, cette grossesse. Mais jusqu’à il y a quelques semaines, on avait quand même une petite part d’angoisse… Avec ce qui s’est passé l’année dernière, on est plus suivi par les médecins. Et ça nous rassure aussi. On est vraiment très très heureux, on attend qu’elle arrive !

“On ne sait toujours pas pourquoi le coeur de notre bébé a lâché”

Comment avez-vous réussi à garder le secret si longtemps ?
On est tombé pile au moment du confinement. Ça m’a aidée à garder le secret pendant au moins les premiers mois, jusqu’au 5e mois à peu près, histoire d’être sûre que tout allait bien. Et puis quand il fait un peu frais, on arrive à cacher le ventre avec un pull un peu large, une écharpe qui tombe un peu… On arrive à le cacher sans problème, c’est aussi grâce à la mode d’aujourd’hui ! Pour être totalement honnête, on a préféré garder tout ça pour nous au départ parce qu’on avait été fortement échaudé l’année dernière. On est assez superstitieux quand même, on ne voulait pas se mettre le mauvais oeil. On a donc attendu jusqu’à la fin, histoire d’être sûr que tout va bien, pour l’annoncer publiquement.

Que s’est-il passé lors de votre grossesse l’an dernier ?
On n’avait pas clôturé le projet d’avoir un enfant, mais on était surtout dans la recherche des causes : on a vraiment cherché à comprendre ce qu’il s’est passé la dernière fois. Aujourd’hui, on n’a toujours pas de réponse, on a fait tous les examens médicaux possibles et imaginables, on a même fait des recherches génétiques… Tout a échoué, on est tombé dans des impasses de partout. Médicalement, on n’a pas de réponse quant à la perte de notre bébé, on ne sait pas pourquoi. On sait qu’il était faible. On ne nous avait pas caché que son coeur risquait à un moment de lâcher. Mais on ne sait toujours pas pourquoi il a lâché. Avant de relancer une grossesse, on voulait des réponses pour pouvoir anticiper un quelconque problème. On s’était dit qu’on se laissait le temps de digérer les choses, de prendre un peu de recul. Il y avait aussi une certaine crainte, on n’avait peur de revivre la même chose

Comment gérez-vous votre emploi du temps, entre le travail et la grossesse ?
J’ai mon emploi, je suis responsable achats dans une société informatique. Et en dehors de ça, je suis adjointe à la mairie d’Alès, ma ville natale. Il y a 45 000 habitants, ce n’est pas Paris, mais c’est une belle petite ville de province. Et en étant adjointe aux festivités, il y a quand même pas mal de travail. J’enchaîne les réunions téléphoniques et autres choses à faire. Je suis en congé maternité, mais je suis quand même active. Et c’est pas plus mal parce que ça m’occupe. Pour cette grossesse, j’ai été très raisonnable : j’ai écouté mon corps et les médecins, je me suis reposée. Mais mentalement, il faut que je reste active, ça reste une passion, une vocation de m’occuper de la ville.

Avez-vous pris du poids durant cette grossesse ?
Pour ma fille qui a 9 ans, j’avais pris 20 kilos ! Je sais que je suis du genre à prendre pas mal de poids. J’arrive heureusement à perdre rapidement après. Pour la grossesse de l’année dernière, sur 7 mois, j’avais pris 14 kilos. Il m’en restait encore un ou deux à perdre. Et je m’étais dit qu’on retenterait une grossesse une fois les kilos de la précédente éliminés, c’est raté (rires) ! Donc je suis partie avec le poids que je n’avais pas fini de perdre, et là j’ai pris 12 kilos. J’ai tout pris dans le ventre, on dirait une grande bonbonne (rires) !

Pour quand est prévue la naissance de votre petite fille ?
Étant donné que je suis suivie de très très près, je vois les médecins du CHU de Nîmes. C’est un hôpital de niveau supérieur que celui d’Alès, très bon hôpital, mais qui n’a malheureusement pas les compétences nécessaires pour mon cas. Nîmes est à 45-50 minutes du lieu où je vis. Donc pour ne pas prendre de risque, il est possible que mon accouchement soit déclenché. Si tous les feux sont au vert, cela pourrait se faire la semaine prochaine. Sinon, le terme est prévu pour fin octobre, début novembre. Donc ça peut être la semaine prochaine, celle d’après… Dans les 10 prochains jours, je devrais être de nouveau maman si tout va bien. Le prénom, on le garde pour la naissance, mais on l’a déjà trouvé !

Raphaele “comblée” sur tous les points

On imagine que vous suivez la nouvelle saison de Koh-Lanta, actuellement en cours de diffusion sur TF1… Quels sont vos chouchous ?
J’ai envie de dire qu’il y a le chouchou du coeur : Bertrand-Kamal. Je pense qu’au-delà du fait que les gens ont pu l’apprécier parce que c’est quelqu’un à qui il est arrivé quelque chose de tragique, c’était dès le départ un personnage qui respirait la générosité, la gentillesse. C’est quelqu’un de très très attachant. Je pense que j’aurais vraiment pris plaisir à le rencontrer et échanger avec lui. Je pense qu’il a de très belles valeurs. Après, en tant que femme, j’avoue qu’il y a certaines filles comme Alix que j’aurais bien aimé affronter. C’est une très très grande compétitrice, elle a énormément de ressources. Et enfin, je suis très chauvine, Sébastien, c’est mon chouchou ! Il travaille dans la même ville que moi. Et cette petite canaille ne m’a pas dit qu’il faisait Koh-Lanta, c’était la surprise ! D’ailleurs, je l’ai croisé avant-hier, on a échangé très rapidement sur son aventure. Il est plein de ressources, il est débrouillard, il ramène à manger. C’est un peu le Freddy de ma saison. Donc un petit point d’honneur à Sébastien parce que bah… vive le Sud, vive Alès et vive les Cévennes (rires) !

Y a-t-il des candidats que vous appréciez un peu moins ?
En revanche, je trouve que les stratèges sont plus compliqués à vivre. Ils mettent une certaine pression supplémentaire dans le jeu. Ils vont essayer de manipuler les gens, de les retourner les uns contre les autres… Cette année, c’est Adrien. Je pense que j’aurais eu un peu de mal avec ce profil.

Que peut-on vous souhaiter ?
J’ai envie de dire du bonheur, forcément ! Aujourd’hui, je touche du bois, mais j’aimerais un très bon accouchement (rires). Et puis j’espère continuer sur cette lancée. Je pense qu’il ne faut pas trop en vouloir et juste se contenter de ce que l’on a. J’ai une famille aimante, un mari adorable, une fille adorable aussi, je m’apprête à redevenir maman d’ici à quelques jours. On a emménagé dans la maison qu’on a construite depuis un an. J’ai refait une aventure Koh-Lanta pour combler ce qui m’avait manqué dans la première. Je suis comblée dans ma vie. J’espère que ça continuera comme ça. La boucle est bouclée. On n’oublie pas ce qu’il s’est passé, on n’oublie jamais. Mais après une catastrophe, il peut toujours en ressortir du bonheur. C’est l’essentiel. Il faut rester positif.

Encore une fois, toutes nos félicitations à Raphaele, son mari Swan et sa fille Colyne !

Toute reproduction interdite sans la mention de Purepeople.com.